Le premier jour de l'année est généralement consacré à faire le point sur le passé et à planifier l'avenir. Ce mois de janvier 2021 est plein d'incertitudes et nous devons envisager les mois à venir d'une manière différente. Toutefois, la gravité de la situation implique une réaction différente de la panique et de la peur à tous les événements qui se passent dans chaque coin du monde, qu'il s'agisse de l'assaut au Capitole par les suprématistes blancs ou de l'accident d'avion survenu dans les eaux indonésiennes.

La première chose à faire est d'adopter un comportement attentif et conscient pour faire faceà la diffusion de la pandémie. Pour le moment, le vaccin a été identifié grâce à une coopération sans précédent de toute la communauté scientifique. D'un point de vue européen, l'Union Européenne ne s'est pas effondrée - comme certains l'auraient cru, mais au contraire, elle s'est avérée être une forteresse de coordination et d'unité.

Par ailleurs, lors de son discours annuel, le Président de la République italienne, M. Sergio Mattarella, a pour la première fois mentionné le rôle clé de l'unité européenne. Une menace mondiale d'une telle ampleur exige une réponse mondiale. En effet, l'Union européenne a fait un bond en avant dans sa propre réaction et dans son mode de fonctionnement, et les politiques et les programmes de financement sont bien plus significatifs de ce que l'on croyait possible avant la pandémie. C'est un bon signe: si nous voulons, nous pouvons faire plus . Les démocraties peuvent gérer les crises et trouver des solutions . Nous attendons beaucoup de notre unité européenne et nous devons la considérer comme une valeur ajoutée en vue de faire face à cette situation tragique au niveau mondial. Nos vies et nos entreprises aux rhythmes auparavant effreinés doivent adopter un nouveau rythme et des méthodes de travail différentes et nous sommes tous obligés d'y faire face, le temps qu'il faut.

Nous désirons tous nous rapprocher; néanmoins, pour le moment, le choix ne peut être que d'utiliser toutes les techniques de communication à distance telles queZoom et autres, ce qui nous permet de rester en contact tout en gardant la distance sociale et en étant prudent. Nous sommes peut-être tous fatigués, mais nous devons notre sens de la responsabilité civique à toutes les personnes qui ont perdu leurs proches à cause du virus et du comportement imprudent de certains et nous le devons à tous ceux qui se battent actuellement dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs. Nous ne devrions pas oser nous plaindre d'un «autre appel Zoom».

" Si nous voulons, nous pouvons faire plus. Les démocraties peuvent gérer les crises et trouver des solutions"

Le deuxième aspect aujourd'hui est la solidarité et la bienveillance. Certains d'entre nous sont dans des situations financières plus difficiles que d'autres. Les difficultés économiques et sociales sont remises en question et aggravées par la situation et ceux qui ont souffert avant sont encore plus en détresse aujourd'hui. Nous devons mettre l'accent sur l'attention sociale et prendre soin les uns des autres. À titre d'exemple, la situation dramatique aux États-Unis est, à bien des égards, importante pour la situation mondiale; néanmoins, l'attention macroscopique qu'elle suscite dans nos médias est également anesthésiante pour nous tous car elle permet de nous distraire de ce qui se passe dans notre dimension locale, à savoir notre cour, nos immeubles et nos villes. C'est une autre série de films proposée aux actualités. Prenons soin de nos communautés et trouvons tous les moyens possibles pour rester une communauté sociale, en travaillant avec les autorités locales, en offrant notre contribution aux centres de bénévolat, dans la mesure du possible pour assurer et protéger la santé de tous.

Cette situation étonnement grave est un signal d'alarme pour les Européens et en général pour les Occidentaux, qui se découvrent brutalement qu'ils font aussi partie d'une dimension plus large, en comprenant peut-être pour la première fois à quel point le monde entier est intrinsèquement connecté en toutes ses parties et que d'un moment à l'autre, nous sommes à la merci des désastres et de l'incertitude, comme c'est le cas de nombreuses personnes dans le monde.

ALDA et moi travaillons depuis plus de 20 ans maintenant avec ceux qui ont vu leur vie basculer du jour au lendemain, tout perdre et se remettre en route sans savoir de quoi le lendemain sera fait. Nous devons apprendre d'eux maintenant, des Balkans, de l'Europe de l'Est, de l'Afrique, et apprendre à être résilients et, fondamentalement, à aller de l'avant.

Bonne année à tous et… rejoignez l'ALDA, en travaillant avec les communautés locales pour les communautés locales

 

Antonella Valmorbida

Secrétaire générale de l'ALDA - Association européenne pour la démocratie locale

[Photo prise lors de l'Assemblée générale de l'ALDA 2019 à Caen, France]

Le premier jour de l'année est généralement consacré à faire le point sur le passé et à planifier l'avenir. Ce mois de janvier 2021 est plein d'incertitudes et nous devons envisager les mois à venir d'une manière différente. Toutefois, la gravité de la situation implique une réaction différente de la panique et de la peur à tous les événements qui se passent dans chaque coin du monde, qu'il s'agisse de l'assaut au Capitole par les suprématistes blancs ou de l'accident d'avion survenu dans les eaux indonésiennes.

La première chose à faire est d'adopter un comportement attentif et conscient pour faire faceà la diffusion de la pandémie. Pour le moment, le vaccin a été identifié grâce à une coopération sans précédent de toute la communauté scientifique. D'un point de vue européen, l'Union Européenne ne s'est pas effondrée - comme certains l'auraient cru, mais au contraire, elle s'est avérée être une forteresse de coordination et d'unité.

Par ailleurs, lors de son discours annuel, le Président de la République italienne, M. Sergio Mattarella, a pour la première fois mentionné le rôle clé de l'unité européenne. Une menace mondiale d'une telle ampleur exige une réponse mondiale. En effet, l'Union européenne a fait un bond en avant dans sa propre réaction et dans son mode de fonctionnement, et les politiques et les programmes de financement sont bien plus significatifs de ce que l'on croyait possible avant la pandémie. C'est un bon signe: si nous voulons, nous pouvons faire plus . Les démocraties peuvent gérer les crises et trouver des solutions . Nous attendons beaucoup de notre unité européenne et nous devons la considérer comme une valeur ajoutée en vue de faire face à cette situation tragique au niveau mondial. Nos vies et nos entreprises aux rhythmes auparavant effreinés doivent adopter un nouveau rythme et des méthodes de travail différentes et nous sommes tous obligés d'y faire face, le temps qu'il faut.

Nous désirons tous nous rapprocher; néanmoins, pour le moment, le choix ne peut être que d'utiliser toutes les techniques de communication à distance telles queZoom et autres, ce qui nous permet de rester en contact tout en gardant la distance sociale et en étant prudent. Nous sommes peut-être tous fatigués, mais nous devons notre sens de la responsabilité civique à toutes les personnes qui ont perdu leurs proches à cause du virus et du comportement imprudent de certains et nous le devons à tous ceux qui se battent actuellement dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs. Nous ne devrions pas oser nous plaindre d'un «autre appel Zoom».

" Si nous voulons, nous pouvons faire plus. Les démocraties peuvent gérer les crises et trouver des solutions"

Le deuxième aspect aujourd'hui est la solidarité et la bienveillance. Certains d'entre nous sont dans des situations financières plus difficiles que d'autres. Les difficultés économiques et sociales sont remises en question et aggravées par la situation et ceux qui ont souffert avant sont encore plus en détresse aujourd'hui. Nous devons mettre l'accent sur l'attention sociale et prendre soin les uns des autres. À titre d'exemple, la situation dramatique aux États-Unis est, à bien des égards, importante pour la situation mondiale; néanmoins, l'attention macroscopique qu'elle suscite dans nos médias est également anesthésiante pour nous tous car elle permet de nous distraire de ce qui se passe dans notre dimension locale, à savoir notre cour, nos immeubles et nos villes. C'est une autre série de films proposée aux actualités. Prenons soin de nos communautés et trouvons tous les moyens possibles pour rester une communauté sociale, en travaillant avec les autorités locales, en offrant notre contribution aux centres de bénévolat, dans la mesure du possible pour assurer et protéger la santé de tous.

Cette situation étonnement grave est un signal d'alarme pour les Européens et en général pour les Occidentaux, qui se découvrent brutalement qu'ils font aussi partie d'une dimension plus large, en comprenant peut-être pour la première fois à quel point le monde entier est intrinsèquement connecté en toutes ses parties et que d'un moment à l'autre, nous sommes à la merci des désastres et de l'incertitude, comme c'est le cas de nombreuses personnes dans le monde.

ALDA et moi travaillons depuis plus de 20 ans maintenant avec ceux qui ont vu leur vie basculer du jour au lendemain, tout perdre et se remettre en route sans savoir de quoi le lendemain sera fait. Nous devons apprendre d'eux maintenant, des Balkans, de l'Europe de l'Est, de l'Afrique, et apprendre à être résilients et, fondamentalement, à aller de l'avant.

Bonne année à tous et… rejoignez l'ALDA, en travaillant avec les communautés locales pour les communautés locales

 

Antonella Valmorbida

Secrétaire générale de l'ALDA - Association européenne pour la démocratie locale

 

[Photo prise lors de l'Assemblée générale de l'ALDA 2019 à Caen, France]