Dans le cadre du projet Project “Youth Empowerment for Local Democracy in Tunisia” (Autonomisation de la jeunesse pour construire une Démocratie locale en Tunisie) une série de trois formations ont été organisées dans différentes villes de Tunisie.

La première a eu lieu du 8 au 12 février à Tabarka, dans le gouvernorat de Jendouba, et la seconde du 15 au 19 février à Hammamet. Dans les deux cas, deux groupes de 20 personnes se sont réunis pour participer aux activités, et spécifiquement pour celle de Hammamet, les participants venaient des villes d'Ezzahra et de Bardo. L'idée était de les aider à se familiariser avec différents outils tels que le design thinking , le développement de projets, la mobilisation citoyenne et les techniques de plaidoyer. Enfin, le troisième a été organisé à Mehdia, du 22 au 26 février.

Les enjeux de la participation des jeunes citoyens au niveau local sont nombreux

L'ALDA a joué un rôle de soutien dans l'organisation de ces formations, tout en partageant ses connaissances techniques et son expertise, notamment à la lumière de l'objectif 11 des Nations Unies sur les "villes et communautés durables". Enfin, des formations ont été organisées avec le chef de projetTamkeen For Developmenlors", une association qui œuvre pour l'établissement d'une société civile où les jeunes et les femmes pourront se libérer financièrement et participer activement au cycle économique.

 

D'un point de vue général, l'objectif du projet est de stimuler le renforcement des capacités des jeunes afin que les jeunes générations puissent prendre part aux processus de décision au niveau local. En effet, les enjeux de la participation des jeunes citoyens au niveau local sont nombreux. Il s'agit notamment de l'implication des jeunes citoyens dans le développement de leur cadre de vie et dans la gestion durable des communautés locales.

Ainsi, trois résultats principaux sont attendus de ce projet. En commençant par l'identification des besoins des communautés, à l'analyse des budgets participatifs des municipalités sous la forme d'un audit social. Enfin, les participants seront en mesure d'être plus réactifs aux besoins des communautés grâce à l'unité d'innovation sociale créée dans chaque municipalité et de diffuser les principes de transparence, de responsabilité et de redevabilité.

Dans le cadre du projet Project “Youth Empowerment for Local Democracy in Tunisia” (Autonomisation de la jeunesse pour construire une Démocratie locale en Tunisie) une série de trois formations ont été organisées dans différentes villes de Tunisie.

La première a eu lieu du 8 au 12 février à Tabarka, dans le gouvernorat de Jendouba, et la seconde du 15 au 19 février à Hammamet. Dans les deux cas, deux groupes de 20 personnes se sont réunis pour participer aux activités, et spécifiquement pour celle de Hammamet, les participants venaient des villes d'Ezzahra et de Bardo. L'idée était de les aider à se familiariser avec différents outils tels que le design thinking , le développement de projets, la mobilisation citoyenne et les techniques de plaidoyer. Enfin, le troisième a été organisé à Mehdia, du 22 au 26 février.

Les enjeux de la participation des jeunes citoyens au niveau local sont nombreux

L'ALDA a joué un rôle de soutien dans l'organisation de ces formations, tout en partageant ses connaissances techniques et son expertise, notamment à la lumière de l'objectif 11 des Nations Unies sur les "villes et communautés durables". Enfin, des formations ont été organisées avec le chef de projetTamkeen For Developmenlors", une association qui œuvre pour l'établissement d'une société civile où les jeunes et les femmes pourront se libérer financièrement et participer activement au cycle économique.

 

D'un point de vue général, l'objectif du projet est de stimuler le renforcement des capacités des jeunes afin que les jeunes générations puissent prendre part aux processus de décision au niveau local. En effet, les enjeux de la participation des jeunes citoyens au niveau local sont nombreux. Il s'agit notamment de l'implication des jeunes citoyens dans le développement de leur cadre de vie et dans la gestion durable des communautés locales.

Ainsi, trois résultats principaux sont attendus de ce projet. En commençant par l'identification des besoins des communautés, à l'analyse des budgets participatifs des municipalités sous la forme d'un audit social. Enfin, les participants seront en mesure d'être plus réactifs aux besoins des communautés grâce à l'unité d'innovation sociale créée dans chaque municipalité et de diffuser les principes de transparence, de responsabilité et de redevabilité.