NEWS

Home / News stories

Les femmes travailleuses dans le secteur agricole : un symposium organisé par ADL Tunisie



Nous recevons et publions de Afaf Zaddem, déléguée de l'ADL Tunisie :

"L’agriculture est incontestablement l’un des piliers de l’économie tunisienne, les politiques publiques n’ont cessé de viser une amélioration de la rentabilité agricole sans pour autant songer à intégrer dans leurs visions et leurs plans d’actions des solutions orientées vers l’amélioration des conditions de travail des personnes exerçants dans ce secteur et principalement les ouvrières agricoles.

En effet la main d’œuvre agricole est principalement composée de femmes plus de 70% travaillant majoritairement comme ouvrières occasionnelles. Une main d’œuvre féminine peu valorisée, peu rémunérée et demeurant dans le circuit informel sans contrat de travail sans bénéficier de couverture sociale sans transport digne et sécurisé sans possibilité de syndiquer et loin des conditions d’un travail décent . 73,5% des ouvrières agricoles ne sont pas assurées contre les risques professionnels seulement 33,3% des femmes rurales travaillant dans ce secteur bénéficient d’une couverture sociale. A titre de comparaison, seulement 93.500 travailleuses agricoles bénéficient d’une couverture sociale contre 377.000 travailleurs agricoles.

La femme rurale est très vulnérable. 32% d’elles sont analphabètes et seulement 19,3% bénéficient de ressources économiques propres. En effet, elles font face à des contraintes culturelles, sociales et économiques qui limitent leur accès au marché du travail et à des emplois dignes et bien rémunérés. La femme rurale économiquement active reste majoritairement exclue du système de la protection sociale, et ce malgré une participation massive dans le développement des secteurs économiques stratégiques tel que le secteur agricole.  Dans l’absence de conventions collectives qui régissent le secteur agricole, et faute d’adaptation de la législation en vigueur concernant la sécurité sociale des ouvrières agricoles occasionnelles se retrouvent en dehors de toute protection sociale.

Parmi les 10727 assurés sociaux déclarés dans le cadre du régime des salariés agricoles, ne figurent que 1148 femmes (soit 10.7%). Plusieurs femmes, jeunes en décrochage scolaire et d’autres qui ont dépassé l’âge légale de la retraite se trouvent dans l’obligation de travailler dans des conditions pénibles, indécentes et en dehors de tout contrôle légal pour subvenir à leurs besoins sans la moindre protection sociale, ce qui les expose aux dangers dus à la manipulation, non protégée des pesticides et autres produits chimiques utilisés, ainsi qu’aux mauvaises conditions d’hygiène et de transport et au volume horaire de travail.

Les accidents de travail subis par la femme rurale sont fréquents mais non pris en charge par le système actuel d’assurance. Ce système reste inadapté aux spécificités de cette main d’œuvre féminine agricole.

L’inégal accès aux prestations et services sociaux et l’absence de soutien public et privé aux obligations et charges familiales constituent une entrave à leur participation au marché du travail formel. Elles restent ainsi exclues de nombreux programmes de développement.

De grands déficits en matière de connaissance, de suivi et d’évaluation de la situation économique et sociale des femmes rurales, notamment dans les domaines du secteur agricole, demeurent d’actualité et nécessitent une intervention multi acteurs et intégrée des différentes parties concernées.

Pour toutes ces raisons, l’Agence de la démocratie locale ADL, Kairouan TUNISIE a lancé à l’occasion de la journée internationale de la Femme (le 8 mars), une étude de terrain sur la situation de « la Femme travailleuse en secteur agricole : Pilier de développement malgré l’absence d’un statut juridique approprié ». Pour ce fait, elle a adopté la cause de la femme rurale pour mobiliser et motiver la société civile, les institutions, les partenaires locaux et nationaux à élaborer un statut juridique qui la protège et qui lui garantit ses droits. 

Cette initiative s’inscrit dans l’ODD 5 et dans la continuité du projet PARFAIT fiancé par UE, et lancé par l’Association cheffe de fil ALDA en partenariat avec EPD, la Coalition des Femmes et ADL Tunisie, et a ciblé cinq gouvernorats en Tunisie; le projet avait pour objectif de promouvoir la participation de la Femme à la vie publique locale en Tunisie, et à la sensibiliser au fait  que les droits civiles et politiques qui vont de paire avec ceux économiques et sociaux. 

A travers un questionnaire qui a touché 600 femmes ouvrières et 300 agriculteurs dans 10 délégations dans les trois Régions (Kairouan, Mahdia et sidi Bouzid), l’ADL s’est chargée de faire ce diagnostic minutieux de la situation des femmes et à déterminer l’étendue de la violation subie afin de pouvoir trouver des solutions adéquates dont la finalité est de changer les conditions de vie des femmes et leur permettre de participer pleinement à la gouvernance locale.

La présence de l’ADL Tunisie dans les milieux sociaux urbains et ruraux lui permet d’approfondir ses études en étant en contact direct avec le citoyen à tous les niveaux sociaux, culturels, économiques et politiques … et permet aussi de sensibiliser les responsables locaux, notamment les conseils Municipaux d’accorder une priorité à la cause de la femme rurale qui s’inscrit dans les Droits de l’Homme– dont le principe de non-discrimination- la lutte et la prévention de la pauvreté.

Depuis l’apparition du code des collectivités locales, la gouvernance locale a élargi son territoire suite à un fusionnement des zones rurales marginalisées dans des arrondissements municipaux crées dans plusieurs gouvernorats connus par la densité de leurs habitants tels que SIDI BOUZID, KAIROUAN …où la femme rurale travailleuse dans le secteur agricole nécessite l’attention du conseil municipale. Ce dernier devrait lui trouver, en tant que citoyenne et membre de la société, des solutions concrètes et profitables pour remédier la situation de précarité.

A l’occasion de la fête Nationale de la Femme Tunisienne, l’ADL Tunisie a organisé un symposium régional pour présenter les résultats de l’étude, et a invité des membres des conseils municipaux de la région, des cadres administratifs, des composantes de la société civile locale et des représentants d'organisations nationales, qui ont interagi activement aux résultats marquants de l'étude présentée par l'expert M. Radwan El-Fatnasy. 

Le premier délégué M. Abdel-Fattah Al-Taghouti au nom de M. Wali de Kairouan a prononcé le discours d'ouverture dans lequel il a exprimé l'importance de l'interaction et de l'engagement entre les différentes parties à l’échelle locale afin de concevoir des mécanismes pratiques et des initiatives locales. Il a également souligné la valeur du travail participatif local qui pourrait être initié par ADL Tunisie entant que dynamiseur local, ainsi que la nécessité d'une initiative législative résultant d'une volonté politique pour changer cette réalité. Il a également exprimé sa volonté de suivre et d'apporter son soutien.

Au programme, le professeur Al-Nasser Al-Aqrabawi, maire d'Ain Al-Bayda, a donné une intervention sur "Femme et Autorité locale, la femme rurale comme modèle". Il a indiqué que 500,000 travaillant dans le secteur agricole sans cadre juridique clair. Et que la gouvernance locale ouverte nécessite une ouverture à tous les groupes sociaux, y compris les femmes du secteur agricole. Il a déclaré que le législateur au sein du code des communautés locales s'est concentré sur les droits politiques tout en négligeant le reste des droits, et que le conseil municipal est chargé de chercher autant que possible à jouer son rôle dans la sensibilisation de cette population.

Le symposium a également été suivi par les médias régionaux et nationaux, et a abouti à de nombreuses propositions importantes et pratiques, qui ont souligné la nécessité d'un travail en réseau pour le suivi, l'étude, la sensibilisation, et surtout de faire un  plaidoyer pour que l’Etat assume ses responsabilités en matière de lutte contre les abus à l’égard des femmes travailleuses en secteur agricole. De son coté la société civile locale avec les commissions de la femme au sein des Municipalité sont censés de commencer des sessions de sensibilisation à la sécurité de travail, à la santé des ouvrières, à la couverture sociale, à l’assurance, etc ... les centres de formation des filles rurales peuvent aussi contribuer aux actions de formation sur les droits et l’hygiène.

Les participants ont également souligné la nécessité d'un cadre juridique garantissant tous ces droits afin de changer les conditions de précarité. 

Le symposium s'est conclu par la présentation des prochaines étapes présentées par Mme Afaf Zaddem, la déléguée de l'Agence de la démocratie locale, qui se suivent par la présentation de l'étude à la fois à Sidi Bouzid et à Mahdia en présence des acteurs locaux, lancer une campagne nationale de plaidoyer à l'occasion de la Journée internationale de la femme rurale le 15 octobre 2020, et former un comité juridique pour présenter une initiative législative pour un statut qui préserve les droits des femmes rurales en secteur agricole. De son coté l’ADL Tunisie se charge de mobiliser des partenaires associatifs nationaux et internationaux pour soutenir cette initiative locale qui a pris de l’ampleur".

Régarder la vidéo de promotion de cette étude: https://urlz.fr/dHsO.



mail

Subscribe Newsletter:

Subscribe to ALDA monthly newsletter, available in five languages - English, French, Italian, Serbian, and Russian

Office in Strasbourg

Council of Europe
1, avenue de l'Europe 
F-67075 Strasbourg - France

Phone: +33 3 90 21 45 93
Fax: +33 3 90 21 55 17
Email: aldastrasbourg@aldaintranet.org
General contact: alda@aldaintranet.org

Office in Brussels

Rue Belliard 20
Bruxelles 1040
Belgium
Public transportation: Metro, stop "Arts-Loi", lines 1, 2, 5, 6

Phone: +32 (0)2 430 24 08
Email: aldabrussels@aldaintranet.org

Office in Vicenza

Viale Milano 36
36100 Vicenza - Italy

Phone: +39 04 44 54 01 46
Fax: +39 04 44 23 10 43
Mail : aldavicenza@aldaintranet.org

 

 

Office in Skopje

Bld. Partizanski odredi 43B/1-5
1000 Skopje, Macedonia

Phone: +389 (0) 2 6091 060
Mail: aldaskopje@aldaintranet.org

Office in Tunis

Appartement CREATIVA, 3ème étage, 15, Résidence Gold du Nord,
Les berges du lac, 1053, Tunis, Tunisie

Phone: +216 27 28 34 56
Email: abdelaziz@aldaintranet.org

Office in Chisinau
Str. Mihail Kogălniceanu 18, Chișinău, Moldova, MD-2001
Email: aldamoldova@aldaintranet.org