DEVOTE: vers une intégration plus fine des élèves migrants dans les écoles

Le 1er février 2021, la réunion de lancement du projet DEVOTE – Developing the Competencies of Teachers to Integrate Students from Migrant Background into European Schools a eu lieu en ligne et a été organisée par l'ALDA, le chef de file du projet.

Financé par le programme Erasmus+ de la Commission européenne, le projet durera 24 mois et comprendra 5 partenaires d'Italie, de Turquie, de Slovénie, de Grèce et de Belgique.

Le projet DEVOTE vise à renforcer l'intégration des étudiants issus de l'immigration dans les écoles et à améliorer leur réussite scolaire en offrant une formation, un encadrement et des conseils aux enseignants.

En commençant la réunion par un petit jeu, les partenaires ont pu apprendre un mot étranger, qui reflète un terme ou un thème lié à l'environnement scolaire. Ce grand exercice a permis aux participants de se mettre à la fois dans la position d'un élève qui ne connaît pas la langue d'un pays mais qui souhaite la comprendre et dans la position d'un enseignant qui essaie d'enseigner une nouvelle langue à ses élèves. Cette simulation a permis aux participants de mieux comprendre les enjeux du projet.

DEVOTE renforcera l'intégration des élèves issus de l'immigration dans les écoles et améliorera leur réussite scolaire

Les partenaires impliqués ont également eu l'occasion de partager leurs expériences liées à la situation dans leur pays en termes de gestion scolaire en temps de crise sanitaire. Mais malgré les contraintes de cette situation, ils ont tous fait preuve de motivation et d'engagement pour la réussite du projet.

Mais quelles sont les prochaines étapes ? Les partenaires du projet sont sur le point de lancer une analyse des besoins destinée aux enseignants et aux élèves des 6 pays cibles. Cela permettra de mieux comprendre leurs besoins et, à terme, de développer un contenu pédagogique qui sera mis à la disposition des enseignants travaillant avec des élèves issus de l'immigration.

Rendez-vous dans les prochains mois pour découvrir la première phase du projet!

Le 1er février 2021, la réunion de lancement du projet DEVOTE – Developing the Competencies of Teachers to Integrate Students from Migrant Background into European Schools a eu lieu en ligne et a été organisée par l'ALDA, le chef de file du projet.

Financé par le programme Erasmus+ de la Commission européenne, le projet durera 24 mois et comprendra 5 partenaires d'Italie, de Turquie, de Slovénie, de Grèce et de Belgique.

Le projet DEVOTE vise à renforcer l'intégration des étudiants issus de l'immigration dans les écoles et à améliorer leur réussite scolaire en offrant une formation, un encadrement et des conseils aux enseignants.

En commençant la réunion par un petit jeu, les partenaires ont pu apprendre un mot étranger, qui reflète un terme ou un thème lié à l'environnement scolaire. Ce grand exercice a permis aux participants de se mettre à la fois dans la position d'un élève qui ne connaît pas la langue d'un pays mais qui souhaite la comprendre et dans la position d'un enseignant qui essaie d'enseigner une nouvelle langue à ses élèves. Cette simulation a permis aux participants de mieux comprendre les enjeux du projet.

DEVOTE renforcera l'intégration des élèves issus de l'immigration dans les écoles et améliorera leur réussite scolaire

Les partenaires impliqués ont également eu l'occasion de partager leurs expériences liées à la situation dans leur pays en termes de gestion scolaire en temps de crise sanitaire. Mais malgré les contraintes de cette situation, ils ont tous fait preuve de motivation et d'engagement pour la réussite du projet.

Mais quelles sont les prochaines étapes ? Les partenaires du projet sont sur le point de lancer une analyse des besoins destinée aux enseignants et aux élèves des 6 pays cibles. Cela permettra de mieux comprendre leurs besoins et, à terme, de développer un contenu pédagogique qui sera mis à la disposition des enseignants travaillant avec des élèves issus de l'immigration.

Rendez-vous dans les prochains mois pour découvrir la première phase du projet!


L'ALDA participe activement aux Journées de la société civile du CESE

Comme nous l'avons tous vécu, 2020 a été une année de grands défis, qui a - dans une certaine mesure - mis à l'épreuve nos habitudes, méthodes et modes de vie fondamentaux. La pandémie COVID-19 a entraîné, et entraîne encore, des moments de deuil et de tristesse. Pourtant, elle peut aussi être l'occasion de s'arrêter et de réfléchir à la manière de reconstruire notre société, afin que personne ne soit laissé pour compte.

Dans cette optique, les Journées virtuelles de la société civile 2021 du CESE revêtent une grande importance en ce sens qu'elles rassemblent les citoyens européens, les organisations de la société civile et les institutions européennes pour discuter de notre avenir.

Afin de parvenir à une reprise durable pour l'avenir des citoyens européens, il convient de garantir les transitions écologiques et numériques, sans perdre nos valeurs essentielles, qu'il s'agisse de solidarité, de respect des droits de l'homme, de justice sociale, d'égalité et de démocratie.

Comment reconstruire notre société, pour que personne ne soit laissé pour compte

À l'occasion des Journées de la société civile du CESE, qui se dérouleront la première semaine de mars - du 1er au 5 - différents ateliers ont été organisés sur des thèmes clés : de l'activisme des jeunes au Green Deal, et de l'économie sociale à la démocratie multilatérale durable.

Au cours du premier atelier en ligne, la secrétaire générale de l'ALDA, Antonella Valmorbida, participera à l'événement intitulé "Promouvoir la démocratie à différents niveaux et à l'ère numérique", aux côtés d'autres experts et professionnels, en la personne de Ken Godfrey, directeur exécutif de l'EPD, Esther Nass, directrice des affaires européennes, de la citoyenneté et de Cristian Pîrvulescu, président du groupe FRRL, du Comité économique et social européen.

Pour en savoir plus, veuillez consulter la page web des Journées de la société civile et du programme des ateliers ou regarder la vidéo d'introduction

Pour vous inscrire, remplissez le formulaire

Comme nous l'avons tous vécu, 2020 a été une année de grands défis, qui a - dans une certaine mesure - mis à l'épreuve nos habitudes, méthodes et modes de vie fondamentaux. La pandémie COVID-19 a entraîné, et entraîne encore, des moments de deuil et de tristesse. Pourtant, elle peut aussi être l'occasion de s'arrêter et de réfléchir à la manière de reconstruire notre société, afin que personne ne soit laissé pour compte.

Dans cette optique, les Journées virtuelles de la société civile 2021 du CESE revêtent une grande importance en ce sens qu'elles rassemblent les citoyens européens, les organisations de la société civile et les institutions européennes pour discuter de notre avenir.

Afin de parvenir à une reprise durable pour l'avenir des citoyens européens, il convient de garantir les transitions écologiques et numériques, sans perdre nos valeurs essentielles, qu'il s'agisse de solidarité, de respect des droits de l'homme, de justice sociale, d'égalité et de démocratie.

Comment reconstruire notre société, pour que personne ne soit laissé pour compte

À l'occasion des Journées de la société civile du CESE, qui se dérouleront la première semaine de mars - du 1er au 5 - différents ateliers ont été organisés sur des thèmes clés : de l'activisme des jeunes au Green Deal, et de l'économie sociale à la démocratie multilatérale durable.

Au cours du premier atelier en ligne, la secrétaire générale de l'ALDA, Antonella Valmorbida, participera à l'événement intitulé "Promouvoir la démocratie à différents niveaux et à l'ère numérique", aux côtés d'autres experts et professionnels, en la personne de Ken Godfrey, directeur exécutif de l'EPD, Esther Nass, directrice des affaires européennes, de la citoyenneté et de Cristian Pîrvulescu, président du groupe FRRL, du Comité économique et social européen.

Pour en savoir plus, veuillez consulter la page web des Journées de la société civile et du programme des ateliers ou regarder la vidéo d'introduction

Pour vous inscrire, remplissez le formulaire


Premier conseil d'administration de l'ALDA 2021

Après le grand départ de décembre dernier, le jeudi 11 février, le conseil d'administration de l'ALDA s'est réuni en ligne pour la première fois en 2021.

Comme la dernière fois, l'ordre du jour était rempli de questions importantes et stimulantes. Les membres du conseil de direction se sont particulièrement concentrés sur la répartition des délégations aux membres du conseil de direction, ont adopté le plan d'action pour la sélection des membres du conseil consultatif et pour la mise en place des groupes de travail parmi nos membres.

Comme chaque année, le conseil de direction a également commencé l'année en évaluant le travail des ADLs pour l'approbation du label et a pris des décisions sur les processus de soutien et d'évaluation à suivre pour l'année à venir, et a également planifié les étapes pour l'ouverture de nouveaux ADLs dans notre vision élargie.

Résilience, responsabilité, durabilité et inclusion étaient parmi les mots clés

La mise en œuvre de la nouvelle stratégie de l'ALDA(icia également été l'un des principaux sujets abordés et la résilience, la responsabilité, la durabilité et l'inclusion ont été parmi les mots clés !

Une fois de plus, cette réunion a été l'occasion pour le Conseil d'administration non seulement de prendre des décisions pertinentes et significatives, mais elle a également permis aux membres de partager leurs opinions et leurs idées, en travaillant toujours pour le meilleur de l'ALDA.

Après le grand départ de décembre dernier, le jeudi 11 février, le conseil d'administration de l'ALDA s'est réuni en ligne pour la première fois en 2021.

Comme la dernière fois, l'ordre du jour était rempli de questions importantes et stimulantes. Les membres du conseil de direction se sont particulièrement concentrés sur la répartition des délégations aux membres du conseil de direction, ont adopté le plan d'action pour la sélection des membres du conseil consultatif et pour la mise en place des groupes de travail parmi nos membres.

Comme chaque année, le conseil de direction a également commencé l'année en évaluant le travail des ADLs pour l'approbation du label et a pris des décisions sur les processus de soutien et d'évaluation à suivre pour l'année à venir, et a également planifié les étapes pour l'ouverture de nouveaux ADLs dans notre vision élargie.

Résilience, responsabilité, durabilité et inclusion étaient parmi les mots clés

La mise en œuvre de la nouvelle stratégie de l'ALDA(icia également été l'un des principaux sujets abordés et la résilience, la responsabilité, la durabilité et l'inclusion ont été parmi les mots clés !

Une fois de plus, cette réunion a été l'occasion pour le Conseil d'administration non seulement de prendre des décisions pertinentes et significatives, mais elle a également permis aux membres de partager leurs opinions et leurs idées, en travaillant toujours pour le meilleur de l'ALDA.


Conférence de lancement et ateliers multipartites: Le projet AUTREMENT est sur la bonne voie!

Après plusieurs reports liés à la crise sanitaire, la première conférence du projet AUTREMENT project (Urban Territorial Development to Reinvent Mobility and Engage Tunisians) a finalement eu lieu à Kairouan (Tunisie) et en direct de Strasbourg et de plusieurs autres villes de Tunisie et d'Europe!

Ce projet, cofinancé par l'Union européenne (95%), vise à promouvoir un développement urbain durable dans les villes tunisiennes de Kairouan et Mahdia et ainsi améliorer la qualité de vie de leurs habitants et l'attractivité économique et touristique de la région. Le développement de la mobilité active , principalement le vélo, par la mise en place d'équipements dédiés, et le renforcement de la participation des citoyens à la gouvernance locale sont les pierres angulaires autour desquelles s'articule le projet, qui a débuté en juin 2020 pour une période de 30 mois.

AUTREMENT est l'un des deux lauréats tunisiens du concours "Autorités locales" : Partenariat pour des villes durables" lancé par l'UE en 2018.

La première conférence AUTREMENT s'est tenue le 27 janvier à Kairouan en conformité avec la réglementation sanitaire en vigueur, en présence des municipalités de Kairouan et de Mahdia. Les autres acteurs ont pu contribuer à distance à cet événement majeur, principalement les membres du consortium basé en France: la Ville et l'Eurométropole de Strasbourg - chef de file du projet -, Association européenne pour la démocratie locale (ALDA) le réseau CODATU et le centre d'études CEREMA.

Cette conférence a été marquée par la présence - physique ou virtuelle - des représentants des trois collectivités locales partenaires du projet qui ont inauguré la journée : le Maire de Kairouan, M. Le Maire de Kairouan, M. Radhouen Bouden, le Maire de Mahdia, Mme Feiza Belkhir, et deux élues de Strasbourg représentant le Maire de Strasbourg, Mme Jeanne Barseghian; Mme Sophie Dupressoir, Adjointe au Maire chargée du vélo et de la marche, et Mme Carole Zielinski, Adjointe au Maire chargée de la démocratie locale, des initiatives et de la participation citoyenne.

Les représentants des trois partenaires techniques du projet sont également intervenus : Mme Antonella Valmorbida, secrétaire générale de l'ALDA et M. Didier Duboisset, membre du conseil d'administration de l'ALDA ; M. Yannick Prebay, directeur technique de l'aménagement du territoire au CEREMA ; et M. Thibault de Lambert, secrétaire général adjoint de CODATU.

M. Quentin Peignauxchargé de programme pour l'environnement, l'énergie et le changement climatique à la Délégation de l'Union européenne en Tunisie a souligné la singularité d'AUTREMENT, un projet unique qui incarne les efforts et les actions de l'UE en faveur de la décentralisation et du développement durable en Tunisie.

Mme Sandrine Millet, Coordinatrice de l'Unité Solidarité et Partenariats Internationaux de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg et Mme Refka Kharbouchi, Adjointe au Maire de Kairouan, sont revenues sur le contenu du partenariat entre Strasbourg et Kairouan depuis 2015 et sur les échanges fructueux qui ont conduit à la naissance du projet AUTREMENT. M. Mohamed Bossoffara, responsable des partenariats internationaux à la ville de Mahdia, a parlé du rôle et de la place de sa ville dans le partenariat. M. Younes Aggoun, chef de mission, a présenté le projet et ses enjeux, entouré de l'équipe du bureau de projet.

Grâce au développement de la mobilité active, AUTREMENT améliorera la qualité de vie et l'attractivité économique et touristique de la région

Two multi-stakeholder workshops on the theme of sustainable mobility brought together experts from CODATU, CEREMA and the City and Eurometropole of Strasbourg’s Transport Department, and no less relevant actors from outside the project, such as representatives from the University and the Alliance Française of Kairouan.

The first workshop was the beginning of a reflection on the project to create a Maison du vélo in Kairouan, enriched by the experiences of the Strasbourg association CADR 67 et Vélorution Tunisie. The second workshop offered a broad overview of existing methodologies in terms of cycle facilities, enabling concrete progress to be made on the projects underway in Mahdia and Kairouan, two cities that intend to become models and pilots on these issues.
The AUTREMENT project is launched and it starts with the best conditions!

Curious to know more about the AUTREMENT project and its latest news? Then, come and visit (and enjoy!) the Facebook page of the @projetAUTREMENT!

Après plusieurs reports liés à la crise sanitaire, la première conférence du projet AUTREMENT project (Urban Territorial Development to Reinvent Mobility and Engage Tunisians) a finalement eu lieu à Kairouan (Tunisie) et en direct de Strasbourg et de plusieurs autres villes de Tunisie et d'Europe!

Ce projet, cofinancé par l'Union européenne (95%), vise à promouvoir un développement urbain durable dans les villes tunisiennes de Kairouan et Mahdia et ainsi améliorer la qualité de vie de leurs habitants et l'attractivité économique et touristique de la région. Le développement de la mobilité active , principalement le vélo, par la mise en place d'équipements dédiés, et le renforcement de la participation des citoyens à la gouvernance locale sont les pierres angulaires autour desquelles s'articule le projet, qui a débuté en juin 2020 pour une période de 30 mois.

AUTREMENT est l'un des deux lauréats tunisiens du concours "Autorités locales" : Partenariat pour des villes durables" lancé par l'UE en 2018.

La première conférence AUTREMENT s'est tenue le 27 janvier à Kairouan en conformité avec la réglementation sanitaire en vigueur, en présence des municipalités de Kairouan et de Mahdia. Les autres acteurs ont pu contribuer à distance à cet événement majeur, principalement les membres du consortium basé en France: la Ville et l'Eurométropole de Strasbourg - chef de file du projet -, Association européenne pour la démocratie locale (ALDA) le réseau CODATU et le centre d'études CEREMA.

Cette conférence a été marquée par la présence - physique ou virtuelle - des représentants des trois collectivités locales partenaires du projet qui ont inauguré la journée : le Maire de Kairouan, M. Le Maire de Kairouan, M. Radhouen Bouden, le Maire de Mahdia, Mme Feiza Belkhir, et deux élues de Strasbourg représentant le Maire de Strasbourg, Mme Jeanne Barseghian; Mme Sophie Dupressoir, Adjointe au Maire chargée du vélo et de la marche, et Mme Carole Zielinski, Adjointe au Maire chargée de la démocratie locale, des initiatives et de la participation citoyenne.

Les représentants des trois partenaires techniques du projet sont également intervenus : Mme Antonella Valmorbida, secrétaire générale de l'ALDA et M. Didier Duboisset, membre du conseil d'administration de l'ALDA ; M. Yannick Prebay, directeur technique de l'aménagement du territoire au CEREMA ; et M. Thibault de Lambert, secrétaire général adjoint de CODATU.

M. Quentin Peignauxchargé de programme pour l'environnement, l'énergie et le changement climatique à la Délégation de l'Union européenne en Tunisie a souligné la singularité d'AUTREMENT, un projet unique qui incarne les efforts et les actions de l'UE en faveur de la décentralisation et du développement durable en Tunisie.

Mme Sandrine Millet, Coordinatrice de l'Unité Solidarité et Partenariats Internationaux de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg et Mme Refka Kharbouchi, Adjointe au Maire de Kairouan, sont revenues sur le contenu du partenariat entre Strasbourg et Kairouan depuis 2015 et sur les échanges fructueux qui ont conduit à la naissance du projet AUTREMENT. M. Mohamed Bossoffara, responsable des partenariats internationaux à la ville de Mahdia, a parlé du rôle et de la place de sa ville dans le partenariat. M. Younes Aggoun, chef de mission, a présenté le projet et ses enjeux, entouré de l'équipe du bureau de projet.

Grâce au développement de la mobilité active, AUTREMENT améliorera la qualité de vie et l'attractivité économique et touristique de la région

Two multi-stakeholder workshops on the theme of sustainable mobility brought together experts from CODATU, CEREMA and the City and Eurometropole of Strasbourg’s Transport Department, and no less relevant actors from outside the project, such as representatives from the University and the Alliance Française of Kairouan.

The first workshop was the beginning of a reflection on the project to create a Maison du vélo in Kairouan, enriched by the experiences of the Strasbourg association CADR 67 et Vélorution Tunisie. The second workshop offered a broad overview of existing methodologies in terms of cycle facilities, enabling concrete progress to be made on the projects underway in Mahdia and Kairouan, two cities that intend to become models and pilots on these issues.
The AUTREMENT project is launched and it starts with the best conditions!

Curious to know more about the AUTREMENT project and its latest news? Then, come and visit (and enjoy!) the Facebook page of the @projetAUTREMENT!


Call for proposals: Capacity-building of the Balkan Network for Local Democracy

The Balkan Network for Local Democracy in the framework of the project Regional Youth Compact for Europe  is looking for consultant or team of consultants to support the Network in Organizational development and strategic planning.

The activity aims to assess the needs of the Network and to propose a development strategy. The complete proposals should be sent to the Balkan Network for Local Democracy on bnld@aldaintranet.org  by the 17th February 2021 at 23:59 CEST.

The Balkan Network for Local Democracy in the framework of the project Regional Youth Compact for Europe  is looking for consultant or team of consultants to support the Network in Organizational development and strategic planning.

The activity aims to assess the needs of the Network and to propose a development strategy. The complete proposals should be sent to the Balkan Network for Local Democracy on bnld@aldaintranet.org  by the 17th February 2021 at 23:59 CEST.


ALDA et AEEAC : une coopération durable

Le 28 janvier 2021, notre secrétaire générale, Antonella Valmorbida, a participé à la réunion annuelle de l'AEEAC "Événement du Nouvel An".

Le Agence Exécutive européenne pour l'éducation, l'audiovisuel et la culture (AEEAC)a débuté son année par une réunion en ligne, fixant les lignes directrices des nouveaux projets pour les 7 années à venir. D'un point de vue général, l' AEEAC se concentre sur le développement de la participation des citoyens ainsi que sur le développement de projets et d'activités dans le secteur culturel.

"ALDA et AEEAC : un partenariat solide pour renforcer la participation des citoyens au niveau local"

Themis Christophidou, directeur général de la DG EAC, a ouvert la conférence, suivie par d'autres orateurs, tels que Roberto Carlini - directeur de l'AEEAC; le Dr Marinos Ioannides, directeur du laboratoire du patrimoine numérique de l'Université technologique de Chypre ; et bien sûr Antonella Valmorbida, secrétaire générale de l'ALDA. Au cours de son discours, Mme Valmorbida a expliqué comment l'ALDA a pu faire face aux défis qui se sont posés tout au long de l'année 2020, ainsi que comment fixer l'échéance de 2021. Environ 400 personnes ont rejoint l'événement en ligne, ayant également l'occasion de contribuer activement pendant les deux sessions d'"interaction en direct".

La participation à cet événement a été l'occasion, une fois de plus, non seulement de souligner l'importance de la collaboration entre l'ALDA et l'AEEAC, mais aussi de partager les idées et les expériences de l'ALDA dans ce domaine et de réaffirmer notre partenariat de longue date.

Le 28 janvier 2021, notre secrétaire générale, Antonella Valmorbida, a participé à la réunion annuelle de l'AEEAC "Événement du Nouvel An".

Le Agence Exécutive européenne pour l'éducation, l'audiovisuel et la culture (AEEAC)a débuté son année par une réunion en ligne, fixant les lignes directrices des nouveaux projets pour les 7 années à venir. D'un point de vue général, l' AEEAC se concentre sur le développement de la participation des citoyens ainsi que sur le développement de projets et d'activités dans le secteur culturel.

"ALDA et AEEAC : un partenariat solide pour renforcer la participation des citoyens au niveau local"

Themis Christophidou, directeur général de la DG EAC, a ouvert la conférence, suivie par d'autres orateurs, tels que Roberto Carlini - directeur de l'AEEAC; le Dr Marinos Ioannides, directeur du laboratoire du patrimoine numérique de l'Université technologique de Chypre ; et bien sûr Antonella Valmorbida, secrétaire générale de l'ALDA. Au cours de son discours, Mme Valmorbida a expliqué comment l'ALDA a pu faire face aux défis qui se sont posés tout au long de l'année 2020, ainsi que comment fixer l'échéance de 2021. Environ 400 personnes ont rejoint l'événement en ligne, ayant également l'occasion de contribuer activement pendant les deux sessions d'"interaction en direct".

La participation à cet événement a été l'occasion, une fois de plus, non seulement de souligner l'importance de la collaboration entre l'ALDA et l'AEEAC, mais aussi de partager les idées et les expériences de l'ALDA dans ce domaine et de réaffirmer notre partenariat de longue date.


La Déclaration Schuman au cœur du nouveau projet DESIRE

Comment peut-on parler de la Déclaration Schuman ? Comment encourager l'engagement civique des jeunes générations ? Comment l'art peut-il aider à parler de la solidarité, de la diversité et de la citoyenneté ? Tel est l'objectif du projet européen: DESIRE - DEclaration de Schuman : Initiative pour revitaliser l'Europe, un projet financé par le programme "L'Europe pour les citoyens".

 

Le début de l'année est souvent une excellente occasion de lancer de nouvelles activités et actions. C'est pourquoi les partenaires du projet DESIRE se sont réunis le 26 janvier. Le consortium, qui réunit des municipalités, des ONG et des centres culturels de différentes régions d'Europe, est dirigé par la Municipalité de Lavarone (Italie) et composé de la Fondazione Belvedere-Gschwent (Italie), de l'Union des autorités locales bulgares de la mer Noire (Bulgarie) et du Municipalité de Valongo (Portugal), Danube 1245 (Serbie), Zdruzenie Institut za razvoj na zaednicata ancienne République yougoslave de Macédoine) Administration Communale de Grez-Doiceau (Belgique), Fundacio de la Comunitat Valencia de Patrimoni Insdustrial i (Espagne), Kulturni centar Osijek (Croatie) ALDA (France).

"Ce projet vise à impliquer les jeunes sur la solidarité, la diversité, la citoyenneté"

Ce projet veut impliquer la jeune génération sur les thèmes de la solidarité, de la diversité, de la citoyenneté, et en particulier sur la construction de l'Union européenne et la Déclaration Schuman.

L'objectif principal est d'impliquer activement les jeunes dans une approche proactive de l'histoire. Par la co-création d'outils artistiques, tels que des vidéos, du théâtre, des jeux, des récits audio, les partenaires accompagneront des groupes de jeunes citoyens dans la redécouverte de l'histoire et dans le débat sur les valeurs de l'UE comme le dialogue interculturel, la paix et la solidarité. Chaque partenaire créera, imaginera et mettra en œuvre des activités artistiques avec chaque groupe de jeunes.

 

Rendez-vous dans les prochains mois pour découvrir le travail étonnant qu'ils réalisent!

 

#EU_Desire

Comment peut-on parler de la Déclaration Schuman ? Comment encourager l'engagement civique des jeunes générations ? Comment l'art peut-il aider à parler de la solidarité, de la diversité et de la citoyenneté ? Tel est l'objectif du projet européen: DESIRE - DEclaration de Schuman : Initiative pour revitaliser l'Europe, un projet financé par le programme "L'Europe pour les citoyens".

 

Le début de l'année est souvent une excellente occasion de lancer de nouvelles activités et actions. C'est pourquoi les partenaires du projet DESIRE se sont réunis le 26 janvier. Le consortium, qui réunit des municipalités, des ONG et des centres culturels de différentes régions d'Europe, est dirigé par la Municipalité de Lavarone (Italie) et composé de la Fondazione Belvedere-Gschwent (Italie), de l'Union des autorités locales bulgares de la mer Noire (Bulgarie) et du Municipalité de Valongo (Portugal), Danube 1245 (Serbie), Zdruzenie Institut za razvoj na zaednicata ancienne République yougoslave de Macédoine) Administration Communale de Grez-Doiceau (Belgique), Fundacio de la Comunitat Valencia de Patrimoni Insdustrial i (Espagne), Kulturni centar Osijek (Croatie) ALDA (France).

"Ce projet vise à impliquer les jeunes sur la solidarité, la diversité, la citoyenneté"

Ce projet veut impliquer la jeune génération sur les thèmes de la solidarité, de la diversité, de la citoyenneté, et en particulier sur la construction de l'Union européenne et la Déclaration Schuman.

 

L'objectif principal est d'impliquer activement les jeunes dans une approche proactive de l'histoire. Par la co-création d'outils artistiques, tels que des vidéos, du théâtre, des jeux, des récits audio, les partenaires accompagneront des groupes de jeunes citoyens dans la redécouverte de l'histoire et dans le débat sur les valeurs de l'UE comme le dialogue interculturel, la paix et la solidarité. Chaque partenaire créera, imaginera et mettra en œuvre des activités artistiques avec chaque groupe de jeunes.

 

Rendez-vous dans les prochains mois pour découvrir le travail étonnant qu'ils réalisent!

 

#EU_Desire


MYSEA project kicks off - Promoting inclusive job-youth growth in the blue and green economy

Five countries join forces to increase employability opportunities of 1000 youth,

women and NEETs in the agri-food and waste management industries

 

The “Mediterranean Youth, NEETs and women advancing Skills, Employment and UNEwareness in the Blue and Green Economy – MYSEA” project is co-funded by the European Union under the ENI CBC MED Programme 2014-2020 and will be officially launched on February 15 2021, 11h00 – 12h45 (Rome time) during a virtual press conference.

The kick-off event will see the participation of keynote speakers, among them, Joumana Sweiss, Representative of the Branch office for the Western Mediterranean – Valencia, ENI CBC MED Programme; Paolo Orneli, Councillor of the Executive Board for Economic Development – Commerce and Crafts, Research, Start-Up and Innovation, Lazio Region (Italy); Mohamed Madhkour, Expert (Tunisia); Silvio Bologna, Researcher at University of Palermo (Italy); Yannis Lyeros, Training expert (Greece); Laury Haytayan et Dominique Salameh – Experts (Lebanon); Penelope Shihab – Private sector (Jordan).

The discussion will address the interrelated links that hinder social inclusion and gender equality

The discussion will focus on the need to understand and address the interrelated links that hinder social inclusion and gender equality. Hence the necessity to analyse the agrifood and waste management sectors within the green and blue economy, their modifying factors including the economic, social and environmental ones in order to exploit opportunities for economic growth and job creation, mitigate risks and steer attention and political interest.

***

The MYSEA project, led by its Italian partner CIES, involves 5 different countries: Grèce, Italie, Lebanon, Jordan et Tunisie. These selected countries register the highest number of unemployed youths, young women and NEETs across the Mediterranean and share similar demographic changes, skill mismatches, rigid regulations and gender gaps. To learn more about the project’s partners and objectives, read the news “Une vague d'innovation en Méditerranée avec MYSEA

 

Liens utiles:

Five countries join forces to increase employability opportunities of 1000 youth,

women and NEETs in the agri-food and waste management industries

 

The “Mediterranean Youth, NEETs and women advancing Skills, Employment and UNEwareness in the Blue and Green Economy – MYSEA” project is co-funded by the European Union under the ENI CBC MED Programme 2014-2020 and will be officially launched on February 15 2021, 11h00 – 12h45 (Rome time) during a virtual press conference.

The kick-off event will see the participation of keynote speakers, among them, Joumana Sweiss, Representative of the Branch office for the Western Mediterranean – Valencia, ENI CBC MED Programme; Paolo Orneli, Councillor of the Executive Board for Economic Development – Commerce and Crafts, Research, Start-Up and Innovation, Lazio Region (Italy); Mohamed Madhkour, Expert (Tunisia); Silvio Bologna, Researcher at University of Palermo (Italy); Yannis Lyeros, Training expert (Greece); Laury Haytayan et Dominique Salameh – Experts (Lebanon); Penelope Shihab – Private sector (Jordan).

The discussion will address the interrelated links that hinder social inclusion and gender equality

The discussion will focus on the need to understand and address the interrelated links that hinder social inclusion and gender equality. Hence the necessity to analyse the agrifood and waste management sectors within the green and blue economy, their modifying factors including the economic, social and environmental ones in order to exploit opportunities for economic growth and job creation, mitigate risks and steer attention and political interest.

***

The MYSEA project, led by its Italian partner CIES, involves 5 different countries: Grèce, Italie, Lebanon, Jordan et Tunisie. These selected countries register the highest number of unemployed youths, young women and NEETs across the Mediterranean and share similar demographic changes, skill mismatches, rigid regulations and gender gaps. To learn more about the project’s partners and objectives, read the news “Une vague d'innovation en Méditerranée avec MYSEA

 

Liens utiles:


LDA Mostar pour la bonne gouvernance en Bosnie-Herzégovine

L'Agence de la démocratie locale de Mostar (ADL Mostar) se lance sur le terrain avec un nouveau projet, intitulé"Renforcement de la participation et de la coopération locales par le biais d'un partenariat entre les autorités publiques et les OSC en Bosnie-Herzégovine - LIEN 4 Coopération“.

L'objectif de ce projet est de renforcer les principes de bonne gouvernance par la promotion d'une gestion fiable des unités d'autonomie locale en Bosnie-Herzégovine. En outre, il favorisera la capacité des autorités locales et de la société civile à contrôler les processus participatifs.

Ce projet impliquera environ 20 communautés locales qui bénéficieront de services publics améliorés dans chaque municipalité. Une douzaine de collectivités locales travailleront à renforcer leur capacité à mettre en œuvre des solutions inclusives aux problèmes locaux, tandis que plus de 40 organisations de la société civile amélioreront leurs compétences et leurs capacités à apporter des changements locaux positifs dans leurs communautés.

L'ADL de Mostar a déjà commencé à mettre en œuvre l'une des activités : le premier comité de gestion de projet (#PMC) s'est tenu le 28 janvier 2021, et a servi d'introduction aux partenaires pour les activités à venir, en mettant l'accent sur leurs aspects organisationnels.

Le projet est mis en œuvre par l'Agence de la démocratie locale de Mostar avec 6 partenaires: Agence de la démocratie locale Zavidovići, Agence de la démocratie locale de PrijedorCentre pour le développement de l'Herzégovine (CHR) de Trebinje, ALDA et ALDA de Skopje (partenaire associé). Ce projet est le Programme de la société civile et des médias pour la Bosnie-Herzégovine 2019 - Soutien aux réseaux d'OSC existants et nouvellement établis dans divers domaines.

L'Agence de la démocratie locale de Mostar (ADL Mostar) se lance sur le terrain avec un nouveau projet, intitulé"Renforcement de la participation et de la coopération locales par le biais d'un partenariat entre les autorités publiques et les OSC en Bosnie-Herzégovine - LIEN 4 Coopération“.

L'objectif de ce projet est de renforcer les principes de bonne gouvernance par la promotion d'une gestion fiable des unités d'autonomie locale en Bosnie-Herzégovine. En outre, il favorisera la capacité des autorités locales et de la société civile à contrôler les processus participatifs.

Ce projet impliquera environ 20 communautés locales qui bénéficieront de services publics améliorés dans chaque municipalité. Une douzaine de collectivités locales travailleront à renforcer leur capacité à mettre en œuvre des solutions inclusives aux problèmes locaux, tandis que plus de 40 organisations de la société civile amélioreront leurs compétences et leurs capacités à apporter des changements locaux positifs dans leurs communautés.

L'ADL de Mostar a déjà commencé à mettre en œuvre l'une des activités : le premier comité de gestion de projet (#PMC) s'est tenu le 28 janvier 2021, et a servi d'introduction aux partenaires pour les activités à venir, en mettant l'accent sur leurs aspects organisationnels.

Le projet est mis en œuvre par l'Agence de la démocratie locale de Mostar avec 6 partenaires: Agence de la démocratie locale Zavidovići, Agence de la démocratie locale de PrijedorCentre pour le développement de l'Herzégovine (CHR) de Trebinje, ALDA et ALDA de Skopje (partenaire associé). Ce projet est le Programme de la société civile et des médias pour la Bosnie-Herzégovine 2019 - Soutien aux réseaux d'OSC existants et nouvellement établis dans divers domaines.