Quatre webinaires régionaux pour découvrir le nouveau plan stratégique d'ALDA

Bien que cette année ait été particulièrement difficile, l'ALDA est encore plus déterminée à soutenir la démocratie locale et participative ainsi qu'à renforcer l'approche locale et la résilience des citoyens.

Avec son 20e anniversaire et prenant également en considération la crise générée par l'épidémie mondiale de la pandémie COVID-19, qui s'ajoute à d'autres défis déjà existants, l'ALDA a adopté un nouveau plan stratégique pour 2020-2024 lors de l'Assemblée générale annuelle to augmenter l'impact de son action et nous sommes maintenant fiers et ravis de présenter à nos réseaux cette nouvelle stratégie!

"La démocratie et l'engagement des citoyens sont et seront un facteur clé pour débloquer des propositions positives et constructives pour l'avenir"

Dans le but de présenter le nouveau plan stratégique, les objectifs clés, la vision et les forces motrices de l'ALDA, nous sommes ravis d'annoncer le lancement de 4 webinaires régionaux, gratuit et ouvert aux membres et partenaires de l'ALDA, qui aura lieu au cours du mois de décembre:

  • 7 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Espace européen membres et partenaires INSCRIVEZ-VOUS ICI!
  • 14 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Espace méditerranéen membres et partenaires. INSCRIVEZ-VOUS ICI!
  • 17 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Région des Balkans membres et partenaires. INSCRIVEZ-VOUS ICI!
  • 21 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Espace Partenariat oriental membres et partenaires. INSCRIVEZ-VOUS ICI!

 

Oriano Otocan, Président de l'ALDA et Antonella Valmorbida, Secrétaire général de l'ALDA, avec le Coordonnateurs régionaux et les représentants du nouveau Conseil d'Administration, déploiera la vision du plan quadriennal et partagera avec les membres et partenaires les nouvelles vues stratégiques.

Démocratie et engagement citoyen sont et seront un facteur clé pour débloquer des propositions positives et constructives pour l'avenir et, ALDA, avec ses membres et partenaires, veut être au centre d'une proposition réussie afin de concevoir et d'activer des changements positifs tout en affrontant les principaux défis actuels.

Ne manquez pas l'occasion de découvrir les nouvelles priorités de l'ALDA et de discuter davantage de la manière de mettre en œuvre le plan en fonction de vos priorités locales et régionales!

Rejoignez-nous en ligne!

 

La première réunion, en anglais, sera consacrée à nos membres et partenaires en Europe. À la fin du séminaire, nous aimerions discuter avec les participants de la situation générale et recevoir vos commentaires sur les problèmes auxquels vous êtes confrontés en cette période critique.

Rejoignez-nous le 7 décembre à 14h CET! S'il vous plaît INSCRIVEZ-VOUS ICI!

Après votre inscription, vous recevrez un e-mail avec les instructions pour rejoindre l'événement.

***

Restez à l'écoute pour les prochaines mises à jour!

Nous sommes impatients de vous rencontrer en ligne!

***

Restez à l'écoute pour les prochaines mises à jour!

Bien que cette année ait été particulièrement difficile, l'ALDA est encore plus déterminée à soutenir la démocratie locale et participative ainsi qu'à renforcer l'approche locale et la résilience des citoyens.

Avec son 20e anniversaire et prenant également en considération la crise générée par l'épidémie mondiale de la pandémie COVID-19, qui s'ajoute à d'autres défis déjà existants, l'ALDA a adopté un nouveau plan stratégique pour 2020-2024 lors de l'Assemblée générale annuelle to augmenter l'impact de son action et nous sommes maintenant fiers et ravis de présenter à nos réseaux cette nouvelle stratégie!

"La démocratie et l'engagement des citoyens sont et seront un facteur clé pour débloquer des propositions positives et constructives pour l'avenir"

Dans le but de présenter le nouveau plan stratégique, les objectifs clés, la vision et les forces motrices de l'ALDA, nous sommes ravis d'annoncer le lancement de 4 webinaires régionaux, gratuit et ouvert aux membres et partenaires de l'ALDA, qui aura lieu au cours du mois de décembre:

  • 7 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Espace européen membres et partenaires INSCRIVEZ-VOUS ICI!
  • 14 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Espace méditerranéen membres et partenaires. INSCRIVEZ-VOUS ICI!
  • 17 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Région des Balkans membres et partenaires. INSCRIVEZ-VOUS ICI!
  • 21 décembre/ à 14h CET - réunion régionale avec Espace Partenariat oriental membres et partenaires. INSCRIVEZ-VOUS ICI!

 

Oriano Otocan, Président de l'ALDA et Antonella Valmorbida, Secrétaire général de l'ALDA, avec le Coordonnateurs régionaux et les représentants du nouveau Conseil d'Administration, déploiera la vision du plan quadriennal et partagera avec les membres et partenaires les nouvelles vues stratégiques.

Démocratie et engagement citoyen sont et seront un facteur clé pour débloquer des propositions positives et constructives pour l'avenir et, ALDA, avec ses membres et partenaires, veut être au centre d'une proposition réussie afin de concevoir et d'activer des changements positifs tout en affrontant les principaux défis actuels.

Ne manquez pas l'occasion de découvrir les nouvelles priorités de l'ALDA et de discuter davantage de la manière de mettre en œuvre le plan en fonction de vos priorités locales et régionales!

Rejoignez-nous en ligne!


La langue est l'un des sites du patrimoine culturel les plus précieux

Un entretien avec Vladimir Martinovski, professeur à l'Université de «Ss. Cyril et Méthode ”à Skopje, Département de littérature comparée, interviewé par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice.

 

Vladimir Martinovski est poète, prose, critique littéraire, traducteur et musicien. Il est professeur au Département de Littérature Générale et Comparée de la Faculté de Philologie «Blaze Koneski», Université «Ss Cyril et Méthode», Skopje. Il a obtenu son Bachelor et Master à la Faculté de Philologie et son Doctorat à l'Université de la Nouvelle Sorbonne - Paris III. Il est l'auteur des livres suivants: «From Image to Poem - Interference between Contemporary Macedonian Poetry and Fine Arts» (une étude, 2003), «Maritime Moon» (haïku et tanka, 2003), «Hidden Poems»
(haiku, 2005), «And Water and Earth and Fire and Air» (haïku, 2006), «Comparative Triptychs» (études et essais, 2007), «Les Musées imaginaires» ou «Imaginary Museums» (une étude, 2009) , «A Wave Echo» (haibuns, 2009), «Reading Images - Aspects of Ekphrastic Poetry» (une étude, 2009) et «Quartets» (poésie, 2010). Il a co-édité les livres: «Ut Pictura Poesis - Poésie en dialogue avec les arts plastiques - une sélection thématique de la poésie macédonienne» (avec Nuhi Vinca, 2006), «Metamorphoses and Metatexts» (avec Vesna Tomovska, 2008).

Si nous voulons promouvoir notre riche patrimoine culturel, alors la chose la plus logique à faire est de préserver à la fois le patrimoine culturel matériel et immatériel par écrit… par conséquent la littérature. La littérature survit à l'épreuve du temps et est toujours appréhendée. Interviewer Vladimir Martinovski sur des questions liées au «patrimoine partagé ou contesté» nous a donné un contexte très bien informé, savoureux et riche dans la recherche.

Le patrimoine culturel tend à promouvoir la création d'icônes, qui ont simultanément tendance à créer des stéréotypes susceptibles d'affecter négativement les individus et les groupes. Une telle icône doit être déconstruite de manière critique. Quelle est votre opinion sur ce discours?

Vladimir: Comme le mot l'indique, le patrimoine culturel est quelque chose que nous avons hérité des générations précédentes. Et, aussi, nous l'avons emprunté aux futurs, au nom desquels nous avons l'obligation de le protéger. Pourtant, le patrimoine culturel est quelque chose que nous devrions gagner. Entrons dans une communication vivante et sauvons-la de l'oubli. Le patrimoine culturel doit enrichir et ennoblir nos vies. Pour nous aider à mieux comprendre les gens du passé et à mieux se comprendre aujourd'hui. Pour nous aider à comprendre que les grandes réalisations dans l'art et la culture appartiennent à toute l'humanité en tant que panneaux indiquant le meilleur de tout être humain. André Malraux a dit que l'art est l'une des rares choses dont l'humanité peut être fière. Mais lorsque la complexité du patrimoine culturel est négligée, et que des simplifications sont faites en regardant à travers la dioptrie nationale, il est assez facile de tomber dans les pièges de stéréotypes tels que «nous sommes les cultivés, les autres sont les barbares». Par conséquent, la création d '«icônes» »a deux faces. D'une part, il est bon d'avoir des exemples de personnes du passé, de connaître et de respecter leur signification, et de lutter constamment pour leurs réalisations et leurs valeurs. Mais même ici, une mesure est nécessaire. D'autre part, il y a le danger de se laisser aller aux tentations d'idéalisation non critique, d'hyperbole et de simplification, qui peuvent conduire à une relation idolâtre, vidée d'essence.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Vladimir: Les mots sont toujours nécessaires, ils comportent donc une énorme responsabilité. Le romancier Michel Butor a dit que tous les «» artefacts muets »(artistiques ou architecturaux) sont interprétés à l'aide du discours verbal,« qui les entoure », à partir des titres des œuvres. En d'autres termes, le patrimoine culturel matériel et immobilier, entre autres, doit être interprété, expliqué par le langage. L'attitude à l'égard du patrimoine culturel peut certainement être comparée à la «lecture» et à l'interprétation d'histoires. Certaines histoires durent des millénaires, d'autres sont oubliées. Si les générations présentes ou futures ne se voient pas montrer la valeur, la signification, l'unicité d'un objet du passé, elles pourraient le négliger complètement, le laissant dans l'oubli et les «ravages du temps». Le patrimoine culturel nécessite des soins. Bien qu'immatériel, la langue est également un site du patrimoine culturel, l'un des plus précieux. C'est à travers la langue que nous nous rendons compte que le patrimoine culturel est quelque chose de vivant, auquel chacun de nous participe.

Lorsqu'elle traite de l'histoire et du patrimoine partagés, la coopération internationale a le potentiel de favoriser une meilleure compréhension au sein et entre les cultures. Êtes-vous d'accord? Quelle est votre expérience personnelle?

Vladimir: La coopération internationale est cruciale tant pour la compréhension mutuelle que pour la compréhension du concept de patrimoine culturel. Bien qu'il y ait une tendance à parler du patrimoine culturel national, ce qui est tout à fait légitime, aucune culture n'existe en substance isolément des autres et toutes les grandes réalisations culturelles appartiennent à toute l'humanité. En tant que phénomène, la culture est un palimpseste et l'ensemble de la culture est essentiellement partagé. Comprendre de nombreux phénomènes de l'art, de la littérature et de la culture au niveau national nous conduit nécessairement à des dialogues interculturels, des échanges, ainsi qu'à faire face au fait qu'il existe des réalisations culturelles régionales, ainsi que des zones culturelles plus larges. Le grand art traverse toutes les frontières. J'ai participé à de nombreux festivals littéraires internationaux, où les œuvres littéraires sont pratiquées par les auteurs pour être lues dans la langue maternelle, puis lues en traduction afin que le public local puisse les comprendre. C'est merveilleux d'entendre la diversité des langues, la «musique» différente de chaque langue. Les poètes créent dans une langue qu'ils ont héritée de leurs ancêtres. Mais chaque chanson dans l'original et une fois traduite, n'est pas seulement le fruit d'une tradition linguistique, elle appartient également à la littérature mondiale. Certaines des plus belles réalisations dans tous les segments de l'art sont créées précisément à cause du mélange des cultures.

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Vladimir: Malheureusement, tout comme le patrimoine matériel (des champs aux vieilles maisons familiales) peut être une sorte de «pomme de discorde», de même la nationalité de personnalités importantes, d'artistes ou d'œuvres d'art du passé est âprement disputée. Au lieu de percevoir de manière critique l'importance, la valeur et la valeur de ces individus ou œuvres, le discours d'appartenance et de possession est parfois forcé et absolutisé. Certains auteurs appartiennent à plus de cultures et je ne vois rien de mal à cela. Au contraire. Il y a des auteurs qui ont créé dans plusieurs langues, dans des environnements multiples, sous l'influence de multiples cultures et poétiques. Au lieu de discuter obstinément de leur appartenance à une seule culture, il vaut bien mieux les considérer comme des ponts entre les cultures ou comme une valeur commune et partagée.

"L'attitude à l'égard du patrimoine culturel pourrait certainement être comparée à la" lecture "et à l'interprétation d'histoires"

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)? 

Vladimir: Les épithètes que vous énumérez sont belles: la diversité et le pluralisme, l'auto-réflexion et la critique sont nécessaires, ainsi que l'acrimonie scientifique et la disponibilité à des opinions, des arguments et des interprétations différents. Le patrimoine culturel doit être préservé, entretenu, pour faire partie de nos vies.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation? 

Vladimir: Comme exemple d'héritage partagé, je pourrais citer le poème «Ο Αρματωλός» / «Le Serdar» (1860) de Gligor Prlichev (1830-1893), une œuvre écrite en grec, dans laquelle les motifs thématiques et les traits stylistiques des épopées d'Homère, la tradition épique byzantine, l'épopée de la Renaissance et le folklore macédonien s'entremêlent de manière magistrale, le tout par le talent d'un poète d'exception, qui a reçu l'épithète «le deuxième Homère». Ce chef-d'œuvre poétique dédié à la mort du héros Kuzman Kapidan a été traduit de nombreuses fois en bulgare et en macédonien, et avec sa valeur figure certainement parmi les œuvres littéraires les plus importantes créées non seulement dans les Balkans, mais aussi en Europe au XIXe siècle. . À titre d'exemple d'héritage partagé, je voudrais souligner la vieille langue slave, l'alphabétisation et la littérature anciennes slaves, comme racine commune de toutes les langues slaves, y compris, bien sûr, le macédonien. Remettre en question l'authenticité de la langue macédonienne en raison des agendas politiques quotidiens auxquels nous assistons ces jours-ci est extrêmement problématique, car cela pourrait se traduire par un défi ou un différend de la littérature, de l'art et de la culture macédoniens.

Dans un contexte d'incertitudes et de dystopies, quel est le rôle du patrimoine culturel?

Vladimir: Dans ces circonstances pandémiques, nous sommes tous devenus convaincus de la fragilité, de la vulnérabilité et de l'insécurité de l'humanité d'aujourd'hui. En raison d'un consumérisme insatiable et de la soif du profit, nous sommes devenus une menace pour d'autres formes d'existence, ainsi que pour notre patrimoine culturel. En peu de temps, notre vie quotidienne a commencé à ressembler à un roman dystopique. Nous avons vu que les conflits de guerre de la dernière décennie dans différentes parties du monde ont endommagé de manière irréversible d'importants trésors culturels. La crise économique, indissociable de la crise pandémique, peut également affecter la négligence du patrimoine culturel. Cependant, ne cédons pas au pessimisme. Tout comme le Decameron de Boccace a été créé lors d'une épidémie de peste, ces mois difficiles sur notre planète ne manqueront pas de créer des œuvres d'art qui deviendront un site du patrimoine culturel important. Nous apprenons à apprécier certaines choses seulement lorsque nous nous rendons compte que nous pouvons facilement les perdre.

L'un des défis pour les chercheurs et les praticiens dans le domaine du patrimoine culturel est de développer des approches plus inclusives pour partager le patrimoine afin de transgresser les frontières sociales et nationales. Des idées sur la façon dont cette approche pourrait être mis en œuvre dans votre domaine d'intérêt particulier?

Vladimir: Nous vivons à l'ère du numérique, dans laquelle l'inclusion et l'accessibilité à différentes formes de patrimoine culturel sont également réalisées via Internet: des manuscrits et livres numérisés aux bibliothèques sonores accessibles et aux visites virtuelles de bâtiments et de musées. Ces «versions numériques» du patrimoine culturel sont importantes à la fois pour l'archivage, ainsi que pour les nouvelles formes de présentation, proches des générations contemporaines et futures. Cependant, cela ne nous exonère pas de la responsabilité de la protection permanente du patrimoine culturel existant.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Vladimir: Je suis d'accord avec Holtorf. C'est en ces temps de crise que nous voyons à quel point ces valeurs sont nécessaires, et dans quelle mesure les valeurs et les vertus de l'humanisme et de la solidarité mondiale ont été oubliées. Nous sommes tous connectés et nous pouvons tous nous entraider dans de nombreux domaines, le souci du patrimoine culturel étant l'un d'entre eux.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle, et dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Vladimir: Nous pouvons apprendre beaucoup du passé. Entre autres, que nous ne devons pas nous permettre de sacrifier le présent et l’avenir pour le passé. Aussi difficiles et ardues qu'elles soient, la réconciliation mutuelle, l'acceptation et la coopération sont les vraies tâches des générations d'aujourd'hui, pour laisser un monde meilleur aux générations futures.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Un entretien avec Vladimir Martinovski, professeur à l'Université de «Ss. Cyril et Méthode ”à Skopje, Département de littérature comparée, interviewé par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice.

 

Vladimir Martinovski est poète, prose, critique littéraire, traducteur et musicien. Il est professeur au Département de Littérature Générale et Comparée de la Faculté de Philologie «Blaze Koneski», Université «Ss Cyril et Méthode», Skopje. Il a obtenu son Bachelor et Master à la Faculté de Philologie et son Doctorat à l'Université de la Nouvelle Sorbonne - Paris III. Il est l'auteur des livres suivants: «From Image to Poem - Interference between Contemporary Macedonian Poetry and Fine Arts» (une étude, 2003), «Maritime Moon» (haïku et tanka, 2003), «Hidden Poems»
(haiku, 2005), «And Water and Earth and Fire and Air» (haïku, 2006), «Comparative Triptychs» (études et essais, 2007), «Les Musées imaginaires» ou «Imaginary Museums» (une étude, 2009) , «A Wave Echo» (haibuns, 2009), «Reading Images - Aspects of Ekphrastic Poetry» (une étude, 2009) et «Quartets» (poésie, 2010). Il a co-édité les livres: «Ut Pictura Poesis - Poésie en dialogue avec les arts plastiques - une sélection thématique de la poésie macédonienne» (avec Nuhi Vinca, 2006), «Metamorphoses and Metatexts» (avec Vesna Tomovska, 2008).

Si nous voulons promouvoir notre riche patrimoine culturel, alors la chose la plus logique à faire est de préserver à la fois le patrimoine culturel matériel et immatériel par écrit… par conséquent la littérature. La littérature survit à l'épreuve du temps et est toujours appréhendée. Interviewer Vladimir Martinovski sur des questions liées au «patrimoine partagé ou contesté» nous a donné un contexte très bien informé, savoureux et riche dans la recherche.

Le patrimoine culturel tend à promouvoir la création d'icônes, qui ont simultanément tendance à créer des stéréotypes susceptibles d'affecter négativement les individus et les groupes. Une telle icône doit être déconstruite de manière critique. Quelle est votre opinion sur ce discours?

Vladimir: Comme le mot l'indique, le patrimoine culturel est quelque chose que nous avons hérité des générations précédentes. Et, aussi, nous l'avons emprunté aux futurs, au nom desquels nous avons l'obligation de le protéger. Pourtant, le patrimoine culturel est quelque chose que nous devrions gagner. Entrons dans une communication vivante et sauvons-la de l'oubli. Le patrimoine culturel doit enrichir et ennoblir nos vies. Pour nous aider à mieux comprendre les gens du passé et à mieux se comprendre aujourd'hui. Pour nous aider à comprendre que les grandes réalisations dans l'art et la culture appartiennent à toute l'humanité en tant que panneaux indiquant le meilleur de tout être humain. André Malraux a dit que l'art est l'une des rares choses dont l'humanité peut être fière. Mais lorsque la complexité du patrimoine culturel est négligée, et que des simplifications sont faites en regardant à travers la dioptrie nationale, il est assez facile de tomber dans les pièges de stéréotypes tels que «nous sommes les cultivés, les autres sont les barbares». Par conséquent, la création d '«icônes» »a deux faces. D'une part, il est bon d'avoir des exemples de personnes du passé, de connaître et de respecter leur signification, et de lutter constamment pour leurs réalisations et leurs valeurs. Mais même ici, une mesure est nécessaire. D'autre part, il y a le danger de se laisser aller aux tentations d'idéalisation non critique, d'hyperbole et de simplification, qui peuvent conduire à une relation idolâtre, vidée d'essence.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Vladimir: Les mots sont toujours nécessaires, ils comportent donc une énorme responsabilité. Le romancier Michel Butor a dit que tous les «» artefacts muets »(artistiques ou architecturaux) sont interprétés à l'aide du discours verbal,« qui les entoure », à partir des titres des œuvres. En d'autres termes, le patrimoine culturel matériel et immobilier, entre autres, doit être interprété, expliqué par le langage. L'attitude à l'égard du patrimoine culturel peut certainement être comparée à la «lecture» et à l'interprétation d'histoires. Certaines histoires durent des millénaires, d'autres sont oubliées. Si les générations présentes ou futures ne se voient pas montrer la valeur, la signification, l'unicité d'un objet du passé, elles pourraient le négliger complètement, le laissant dans l'oubli et les «ravages du temps». Le patrimoine culturel nécessite des soins. Bien qu'immatériel, la langue est également un site du patrimoine culturel, l'un des plus précieux. C'est à travers la langue que nous nous rendons compte que le patrimoine culturel est quelque chose de vivant, auquel chacun de nous participe.

Lorsqu'elle traite de l'histoire et du patrimoine partagés, la coopération internationale a le potentiel de favoriser une meilleure compréhension au sein et entre les cultures. Êtes-vous d'accord? Quelle est votre expérience personnelle?

Vladimir: La coopération internationale est cruciale tant pour la compréhension mutuelle que pour la compréhension du concept de patrimoine culturel. Bien qu'il y ait une tendance à parler du patrimoine culturel national, ce qui est tout à fait légitime, aucune culture n'existe en substance isolément des autres et toutes les grandes réalisations culturelles appartiennent à toute l'humanité. En tant que phénomène, la culture est un palimpseste et l'ensemble de la culture est essentiellement partagé. Comprendre de nombreux phénomènes de l'art, de la littérature et de la culture au niveau national nous conduit nécessairement à des dialogues interculturels, des échanges, ainsi qu'à faire face au fait qu'il existe des réalisations culturelles régionales, ainsi que des zones culturelles plus larges. Le grand art traverse toutes les frontières. J'ai participé à de nombreux festivals littéraires internationaux, où les œuvres littéraires sont pratiquées par les auteurs pour être lues dans la langue maternelle, puis lues en traduction afin que le public local puisse les comprendre. C'est merveilleux d'entendre la diversité des langues, la «musique» différente de chaque langue. Les poètes créent dans une langue qu'ils ont héritée de leurs ancêtres. Mais chaque chanson dans l'original et une fois traduite, n'est pas seulement le fruit d'une tradition linguistique, elle appartient également à la littérature mondiale. Certaines des plus belles réalisations dans tous les segments de l'art sont créées précisément à cause du mélange des cultures.

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Vladimir: Malheureusement, tout comme le patrimoine matériel (des champs aux vieilles maisons familiales) peut être une sorte de «pomme de discorde», de même la nationalité de personnalités importantes, d'artistes ou d'œuvres d'art du passé est âprement disputée. Au lieu de percevoir de manière critique l'importance, la valeur et la valeur de ces individus ou œuvres, le discours d'appartenance et de possession est parfois forcé et absolutisé. Certains auteurs appartiennent à plus de cultures et je ne vois rien de mal à cela. Au contraire. Il y a des auteurs qui ont créé dans plusieurs langues, dans des environnements multiples, sous l'influence de multiples cultures et poétiques. Au lieu de discuter obstinément de leur appartenance à une seule culture, il vaut bien mieux les considérer comme des ponts entre les cultures ou comme une valeur commune et partagée.

"L'attitude à l'égard du patrimoine culturel pourrait certainement être comparée à la" lecture "et à l'interprétation d'histoires"

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)? 

Vladimir: Les épithètes que vous énumérez sont belles: la diversité et le pluralisme, l'auto-réflexion et la critique sont nécessaires, ainsi que l'acrimonie scientifique et la disponibilité à des opinions, des arguments et des interprétations différents. Le patrimoine culturel doit être préservé, entretenu, pour faire partie de nos vies.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation? 

Vladimir: Comme exemple d'héritage partagé, je pourrais citer le poème «Ο Αρματωλός» / «Le Serdar» (1860) de Gligor Prlichev (1830-1893), une œuvre écrite en grec, dans laquelle les motifs thématiques et les traits stylistiques des épopées d'Homère, la tradition épique byzantine, l'épopée de la Renaissance et le folklore macédonien s'entremêlent de manière magistrale, le tout par le talent d'un poète d'exception, qui a reçu l'épithète «le deuxième Homère». Ce chef-d'œuvre poétique dédié à la mort du héros Kuzman Kapidan a été traduit de nombreuses fois en bulgare et en macédonien, et avec sa valeur figure certainement parmi les œuvres littéraires les plus importantes créées non seulement dans les Balkans, mais aussi en Europe au XIXe siècle. . À titre d'exemple d'héritage partagé, je voudrais souligner la vieille langue slave, l'alphabétisation et la littérature anciennes slaves, comme racine commune de toutes les langues slaves, y compris, bien sûr, le macédonien. Remettre en question l'authenticité de la langue macédonienne en raison des agendas politiques quotidiens auxquels nous assistons ces jours-ci est extrêmement problématique, car cela pourrait se traduire par un défi ou un différend de la littérature, de l'art et de la culture macédoniens.

Dans un contexte d'incertitudes et de dystopies, quel est le rôle du patrimoine culturel?

Vladimir: Dans ces circonstances pandémiques, nous sommes tous devenus convaincus de la fragilité, de la vulnérabilité et de l'insécurité de l'humanité d'aujourd'hui. En raison d'un consumérisme insatiable et de la soif du profit, nous sommes devenus une menace pour d'autres formes d'existence, ainsi que pour notre patrimoine culturel. En peu de temps, notre vie quotidienne a commencé à ressembler à un roman dystopique. Nous avons vu que les conflits de guerre de la dernière décennie dans différentes parties du monde ont endommagé de manière irréversible d'importants trésors culturels. La crise économique, indissociable de la crise pandémique, peut également affecter la négligence du patrimoine culturel. Cependant, ne cédons pas au pessimisme. Tout comme le Decameron de Boccace a été créé lors d'une épidémie de peste, ces mois difficiles sur notre planète ne manqueront pas de créer des œuvres d'art qui deviendront un site du patrimoine culturel important. Nous apprenons à apprécier certaines choses seulement lorsque nous nous rendons compte que nous pouvons facilement les perdre.

L'un des défis pour les chercheurs et les praticiens dans le domaine du patrimoine culturel est de développer des approches plus inclusives pour partager le patrimoine afin de transgresser les frontières sociales et nationales. Des idées sur la façon dont cette approche pourrait être mis en œuvre dans votre domaine d'intérêt particulier?

Vladimir: Nous vivons à l'ère du numérique, dans laquelle l'inclusion et l'accessibilité à différentes formes de patrimoine culturel sont également réalisées via Internet: des manuscrits et livres numérisés aux bibliothèques sonores accessibles et aux visites virtuelles de bâtiments et de musées. Ces «versions numériques» du patrimoine culturel sont importantes à la fois pour l'archivage, ainsi que pour les nouvelles formes de présentation, proches des générations contemporaines et futures. Cependant, cela ne nous exonère pas de la responsabilité de la protection permanente du patrimoine culturel existant.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Vladimir: Je suis d'accord avec Holtorf. C'est en ces temps de crise que nous voyons à quel point ces valeurs sont nécessaires, et dans quelle mesure les valeurs et les vertus de l'humanisme et de la solidarité mondiale ont été oubliées. Nous sommes tous connectés et nous pouvons tous nous entraider dans de nombreux domaines, le souci du patrimoine culturel étant l'un d'entre eux.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle, et dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Vladimir: Nous pouvons apprendre beaucoup du passé. Entre autres, que nous ne devons pas nous permettre de sacrifier le présent et l’avenir pour le passé. Aussi difficiles et ardues qu'elles soient, la réconciliation mutuelle, l'acceptation et la coopération sont les vraies tâches des générations d'aujourd'hui, pour laisser un monde meilleur aux générations futures.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.


Canva, un pont sur la voie de l'inclusion sociale

Coalition des organisations de jeunesse SEGA a travaillé sur le projet IMPACT - L'inclusion compte!, Mettant en œuvre ses activités, y compris les jeunes locaux, les étrangers résidant dans le pays et les mains diligentes de jeunes enfants. En fait, nous travaillions sur un message mutuel qui était envoyé en dessinant une image sur une toile.

"L'art est l'un des moyens les plus importants et les plus puissants de s'impliquer dans la société"

Le processus de l'art stimule le développement émotionnel et cognitif, permettant la création de connexions ainsi que la réduction des comportements destructeurs chez les personnes, quelles que soient leurs attitudes. À travers l'art et l'expression, en particulier à travers une image que nous avons fournie aux participants lors de l'organisation d'ateliers locaux, notre objectif était de permettre l'inclusion sociale et l'implication active des jeunes locaux ainsi que l'inclusion de ceux qui ont quitté leur pays et ont décidé de continuer à vivre dans notre pays, traversant les risques et les peurs de l'inconnu.

En organisant plus d'activités de ce type, nous nous efforçons d'aller de l'avant pour animer les citoyens avec un spectre différent, en offrant des opportunités d'inclusion sociale, en surmontant les préjugés sociaux, en acquérant des compétences, des techniques et en apprenant également de nouvelles cultures et traditions.

L'art est l'un des moyens les plus importants et les plus puissants de s'impliquer dans la société. La participation est importante!

Auteur: Lela Jurukova, Coalition des organisations de jeunesse SEGA

Coalition des organisations de jeunesse SEGA a travaillé sur le projet IMPACT - L'inclusion compte!, Mettant en œuvre ses activités, y compris les jeunes locaux, les étrangers résidant dans le pays et les mains diligentes de jeunes enfants. En fait, nous travaillions sur un message mutuel qui était envoyé en dessinant une image sur une toile.

"L'art est l'un des moyens les plus importants et les plus puissants de s'impliquer dans la société"

Le processus de l'art stimule le développement émotionnel et cognitif, permettant la création de connexions ainsi que la réduction des comportements destructeurs chez les personnes, indépendamment de leurs attitudes. À travers l'art et l'expression, en particulier à travers une image que nous avons fournie aux participants lors de l'organisation d'ateliers locaux, notre objectif était de permettre l'inclusion sociale et l'implication active des jeunes locaux ainsi que l'inclusion de ceux qui ont quitté leur pays et ont décidé de continuer à vivre notre pays, traversant les risques et les peurs de l'inconnu.

En organisant plus d'activités de ce type, nous nous efforçons d'aller de l'avant pour animer les citoyens avec un spectre différent, en offrant des opportunités d'inclusion sociale, en surmontant les préjugés sociaux, en acquérant des compétences, des techniques et en apprenant également de nouvelles cultures et traditions.

L'art est l'un des moyens les plus importants et les plus puissants de s'impliquer dans la société. La participation est importante!

Auteur: Lela Jurukova, Coalition des organisations de jeunesse SEGA


Le patrimoine culturel comme meilleur exemple de dialogue et de coopération culturels

Entretien avec Maria Tsantsanoglou, directrice générale par intérim de MOMus et la directrice artistique du MOMus-Museum of Modern Art- Costakis Collection, Thessalonique, Grèce, interviewée par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice.

 

Maria Tsantsanoglou est directeur général par intérim de MOMus et directeur artistique du MOMus-Museum of Modern Art-Costakis Collection à Thessalonique, Grèce. Son domaine de recherche et ses publications se réfèrent principalement à la période de l'avant-garde russe. Elle a traité spécifiquement de sujets tels que la synthèse des arts, la poésie visuelle, l'art et la politique ainsi que l'art contemporain russe et grec et l'art contemporain dans le Caucase et en Asie centrale. Elle a été membre du Comité d'Etat du Ministère de la Culture pour la réception de la Collection Costakis (1998). Elle a collaboré avec le ministère de la presse et des médias en tant qu'associée scientifique sur des sujets liés à la promotion et à la promotion culturelle à l'ambassade de Grèce à Moscou (1994-1997) et plus tard en tant qu'attachée de presse (1997 - 2002). Elle a enseigné l'histoire de l'art grec à l'Université d'État Lomonossov de Moscou (1997-2001). Elle a publié un nombre important d'articles et participé à de nombreuses conférences en Grèce et à l'étranger. Elle était la co-commissaire de la 1st Biennale d'art contemporain de Thessalonique (2007) et le directeur de la 2nd Biennale d'art contemporain de Thessalonique (2009). Elle a établi une excellente coopération avec le Musée d'art contemporain de Skopje et partage par la suite avec nous son avis sur le «patrimoine partagé ou contesté».

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément des points de vue et des voix différents lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Maria: Le patrimoine culturel matériel et immatériel a la particularité que d'une part il est transmis, protégé et valorisé, mais d'autre part il est identifié et redéfini par la société elle-même en tant qu'elle lui appartient. Le patrimoine culturel ne peut être imposé et impressionné par des moyens artificiels ni dans la société dans son ensemble ni dans une partie de la société. En ce sens, toute approche différente du patrimoine culturel par une partie de la société devrait être régie par les règles du respect des droits de l'homme.

Selon vous, quelles sont les manières pacifiques et tolérantes de lire et de présenter des faits sur l'histoire partagée ou contestée?

Maria: L'histoire, l'histoire partagée aussi, a l'objectivité des faits enregistrés (ce qui s'est sans doute produit) et la subjectivité de leur interprétation. Il a également été à plusieurs reprises un sujet de falsification. L'histoire est étudiée et enseignée par des chercheurs, qui présentent les faits et les discutent ouvertement et ne font pas l'objet de manipulations politiques. Lorsque les politiciens traitent l'histoire pour des raisons nationalistes, les gens doivent être prudents.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Macédoine du Nord et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Maria: Je représente une grande organisation culturelle pour les arts visuels à Thessalonique et je considère la coopération avec la Macédoine du Nord comme importante et je l'ai sérieusement poursuivie non seulement par intérêt personnel, mais parce que je pense que cela pourrait enrichir mutuellement nos relations. J'ai rencontré des personnes exceptionnelles, créatives et inspirantes en Macédoine du Nord. Je parle surtout des collègues du Musée d'art contemporain de Skopje qui ont également cherché une coopération substantielle avec nous, mais je suis sûr que cette pratique s'applique également à d'autres institutions. Maintenant que nous avons les meilleures relations possibles, nous sommes très fiers d'être amis avec de grandes perspectives pour d'autres événements culturels mutuels.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Maria: L'organisation de deux expositions, l'une produite par le Musée d'art contemporain (MoCA) de Skopje et présentée à Thessalonique intitulée «Tout ce que nous avons en commun» et l'autre produite par le MOMus - Musée d'art contemporain de Thessalonique et présentée à Skopje intitulé «Suis-je ce nom ou cette image» a donné la première incitation à une étude de cas. D'autres collaborations suivront qui engloberont la culture de notre région car nous pensons que ce qui nous unit est bien plus important et important que ce qui peut nous séparer.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Maria:Je pense que le patrimoine culturel n'appartient pas toujours exclusivement à une seule nation, mais laisse sa marque sur une zone géographique plus large, où différentes nations interagissent et partagent des expériences communes au fil du temps. D'où la riche tradition populaire balkanique commune en musique, danses, contes de fées, etc. Cette interaction doit être considérée comme un trésor de coopération et de bonnes relations.

"Le patrimoine culturel est un trésor de coopération et de bonnes relations"

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Maria: Je préfère ne pas parler de récits nationaux fixes, mais d’événements culturels importants qui ont été enregistrés dans la mémoire collective à travers le patrimoine et la tradition orale et qui ont été historiquement enregistrés et préservés.

Bien entendu, ceux-ci conservent leur importance tant qu'ils sont répertoriés comme des actes de promotion des valeurs humaines et de protection de la liberté et de la justice sociale des peuples en mettant l'accent non pas sur l'hostilité mais sur la question de la fraternité et du bon voisinage des peuples.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Maria: Je pense que ma réponse précédente répond également en partie à cette question. Le patrimoine culturel peut être le meilleur exemple de dialogue et de coopération culturels lorsqu'il ne se limite pas au récit national et, bien sûr, lorsqu'il n'est pas interprété comme servant des objectifs nationalistes étroits. Surtout lorsqu'il existe des caractéristiques similaires du patrimoine culturel, telles que la musique, les danses folkloriques, les contes de fées, comme c'est souvent le cas dans la région des Balkans.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Maria: La culture peut également être définie comme un outil pour une meilleure compréhension et une meilleure défense des valeurs humanitaires, elle parle un langage entièrement humain et les nations contribuent par leurs réalisations culturelles à ce langage universel.. En ce sens, les échanges culturels contribuent à la construction d'un avenir meilleur.

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Maria: Certainement, je le crois. Par le pluralisme, la diversité et la participation, les travailleurs culturels visent à créer des conditions de tolérance et de compréhension mutuelle susceptibles de résoudre ces obstacles.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Maria: L'art authentique n'a pas un seul niveau d'interprétation, il est l'objet de la pensée et non de la connaissance absolue. Une création interprétée unilatéralement et unidimensionnellement est soit incomplète en tant qu'œuvre d'art, soit son approche pose problème.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Entretien avec Maria Tsantsanoglou, directrice générale par intérim de MOMus et la directrice artistique du MOMus-Museum of Modern Art- Costakis Collection, Thessalonique, Grèce, interviewée par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice.

 

Maria Tsantsanoglou est directeur général par intérim de MOMus et directeur artistique du MOMus-Museum of Modern Art-Costakis Collection à Thessalonique, Grèce. Son domaine de recherche et ses publications se réfèrent principalement à la période de l'avant-garde russe. Elle a traité spécifiquement de sujets tels que la synthèse des arts, la poésie visuelle, l'art et la politique ainsi que l'art contemporain russe et grec et l'art contemporain dans le Caucase et en Asie centrale. Elle a été membre du Comité d'Etat du Ministère de la Culture pour la réception de la Collection Costakis (1998). Elle a collaboré avec le ministère de la presse et des médias en tant qu'associée scientifique sur des sujets liés à la promotion et à la promotion culturelle à l'ambassade de Grèce à Moscou (1994-1997) et plus tard en tant qu'attachée de presse (1997 - 2002). Elle a enseigné l'histoire de l'art grec à l'Université d'État Lomonossov de Moscou (1997-2001). Elle a publié un nombre important d'articles et participé à de nombreuses conférences en Grèce et à l'étranger. Elle était la co-commissaire de la 1st Biennale d'art contemporain de Thessalonique (2007) et le directeur de la 2nd Biennale d'art contemporain de Thessalonique (2009). Elle a établi une excellente coopération avec le Musée d'art contemporain de Skopje et partage par la suite avec nous son avis sur le «patrimoine partagé ou contesté».

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément des points de vue et des voix différents lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Maria: Le patrimoine culturel matériel et immatériel a la particularité que d'une part il est transmis, protégé et valorisé, mais d'autre part il est identifié et redéfini par la société elle-même en tant qu'elle lui appartient. Le patrimoine culturel ne peut être imposé et impressionné par des moyens artificiels ni dans la société dans son ensemble ni dans une partie de la société. En ce sens, toute approche différente du patrimoine culturel par une partie de la société devrait être régie par les règles du respect des droits de l'homme.

Selon vous, quelles sont les manières pacifiques et tolérantes de lire et de présenter des faits sur l'histoire partagée ou contestée?

Maria: L'histoire, l'histoire partagée aussi, a l'objectivité des faits enregistrés (ce qui s'est sans doute produit) et la subjectivité de leur interprétation. Il a également été à plusieurs reprises un sujet de falsification. L'histoire est étudiée et enseignée par des chercheurs, qui présentent les faits et les discutent ouvertement et ne font pas l'objet de manipulations politiques. Lorsque les politiciens traitent l'histoire pour des raisons nationalistes, les gens doivent être prudents.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Macédoine du Nord et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Maria: Je représente une grande organisation culturelle pour les arts visuels à Thessalonique et je considère la coopération avec la Macédoine du Nord comme importante et je l'ai sérieusement poursuivie non seulement par intérêt personnel, mais parce que je pense que cela pourrait enrichir mutuellement nos relations. J'ai rencontré des personnes exceptionnelles, créatives et inspirantes en Macédoine du Nord. Je parle surtout des collègues du Musée d'art contemporain de Skopje qui ont également cherché une coopération substantielle avec nous, mais je suis sûr que cette pratique s'applique également à d'autres institutions. Maintenant que nous avons les meilleures relations possibles, nous sommes très fiers d'être amis avec de grandes perspectives pour d'autres événements culturels mutuels.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Maria: L'organisation de deux expositions, l'une produite par le Musée d'art contemporain (MoCA) de Skopje et présentée à Thessalonique intitulée «Tout ce que nous avons en commun» et l'autre produite par le MOMus - Musée d'art contemporain de Thessalonique et présentée à Skopje intitulé «Suis-je ce nom ou cette image» a donné la première incitation à une étude de cas. D'autres collaborations suivront qui engloberont la culture de notre région car nous pensons que ce qui nous unit est bien plus important et important que ce qui peut nous séparer.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Maria:Je pense que le patrimoine culturel n'appartient pas toujours exclusivement à une seule nation, mais laisse sa marque sur une zone géographique plus large, où différentes nations interagissent et partagent des expériences communes au fil du temps. D'où la riche tradition populaire balkanique commune en musique, danses, contes de fées, etc. Cette interaction doit être considérée comme un trésor de coopération et de bonnes relations.

"Le patrimoine culturel est un trésor de coopération et de bonnes relations"

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Maria: Je préfère ne pas parler de récits nationaux fixes, mais d’événements culturels importants qui ont été enregistrés dans la mémoire collective à travers le patrimoine et la tradition orale et qui ont été historiquement enregistrés et préservés.

Bien entendu, ceux-ci conservent leur importance tant qu'ils sont répertoriés comme des actes de promotion des valeurs humaines et de protection de la liberté et de la justice sociale des peuples en mettant l'accent non pas sur l'hostilité mais sur la question de la fraternité et du bon voisinage des peuples.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Maria: Je pense que ma réponse précédente répond également en partie à cette question. Le patrimoine culturel peut être le meilleur exemple de dialogue et de coopération culturels lorsqu'il ne se limite pas au récit national et, bien sûr, lorsqu'il n'est pas interprété comme servant des objectifs nationalistes étroits. Surtout lorsqu'il existe des caractéristiques similaires du patrimoine culturel, telles que la musique, les danses folkloriques, les contes de fées, comme c'est souvent le cas dans la région des Balkans.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Maria: La culture peut également être définie comme un outil pour une meilleure compréhension et une meilleure défense des valeurs humanitaires, elle parle un langage entièrement humain et les nations contribuent par leurs réalisations culturelles à ce langage universel.. En ce sens, les échanges culturels contribuent à la construction d'un avenir meilleur.

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Maria: Certainement, je le crois. Par le pluralisme, la diversité et la participation, les travailleurs culturels visent à créer des conditions de tolérance et de compréhension mutuelle susceptibles de résoudre ces obstacles.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Maria: L'art authentique n'a pas un seul niveau d'interprétation, il est l'objet de la pensée et non de la connaissance absolue. Une création interprétée unilatéralement et unidimensionnellement est soit incomplète en tant qu'œuvre d'art, soit son approche pose problème.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.


Un nouveau site web pour une mission plus large

Le 20ème anniversaire de l'ALDA continue de s'affirmer comme une année inoubliable d'innovation et d'expansion, malgré tous les défis que 2020 ne nous a certainement pas épargnés.

Les célébrations d'une étape aussi importante ont commencé par plusieurs réunions, qui sont ensuite devenues des webinaires, pour présenter les réalisations et les actions régionales et, enfin et surtout, pour remercier les membres et partenaires de l'ALDA dont le soutien et la coopération ont été le principal moteur de toutes nos réalisations.

Dans une autre perspective, le 20ème anniversaire de l'ALDA a entraîné une transformation remarquable de l'identité visuelle globale de l'Association, avec un nouveau logo et..un tout nouveau site web!

Un tout nouveau site web reflétant mieux la dimension et l'impact d'ALDA à un niveau de plus en plus global

Devenant une organisation de plus en plus structurée et articulée, l'ALDA dispose désormais d'une nouvelle page web qui reflète plus clairement sa portée et son objectif. En conséquence, le point fort de l'ensemble du processus de rénovation peut être résumé dans l'importance de l'impact visuel de l'ALDA, en affichant d'un coup d'œil la zone géographique couverte par nos actions et notre réseau grâce à plusieurs cartes interactives situées dans les pages clés.

Un espace plus large a été consacré à nos projets, actifs et terminés, ainsi qu'aux ADL, membres, ambassadeurs et réseaux, avec une section dédiée à chacun d'entre eux !

Non moins important, l'ALDA+ a enfin sa section spécifique illustrant toutes les formations et les services que nous offrons !

Bien qu'il y ait encore beaucoup à dire, nous voulons laisser à nos adeptes le plaisir de la découverte ! Profitez du nouveau www.alda-europe.eu et... faites-nous part de vos commentaires!

Le 20ème anniversaire de l'ALDA continue de s'affirmer comme une année inoubliable d'innovation et d'expansion, malgré tous les défis que 2020 ne nous a certainement pas épargnés.

Les célébrations d'une étape aussi importante ont commencé par plusieurs réunions, qui sont ensuite devenues des webinaires, pour présenter les réalisations et les actions régionales et, enfin et surtout, pour remercier les membres et partenaires de l'ALDA dont le soutien et la coopération ont été le principal moteur de toutes nos réalisations.

Dans une autre perspective, le 20ème anniversaire de l'ALDA a entraîné une transformation remarquable de l'identité visuelle globale de l'Association, avec un nouveau logo et..un tout nouveau site web!

Un tout nouveau site web reflétant mieux la dimension et l'impact d'ALDA à un niveau de plus en plus global

Devenant une organisation de plus en plus structurée et articulée, l'ALDA dispose désormais d'une nouvelle page web qui reflète plus clairement sa portée et son objectif. En conséquence, le point fort de l'ensemble du processus de rénovation peut être résumé dans l'importance de l'impact visuel de l'ALDA, en affichant d'un coup d'œil la zone géographique couverte par nos actions et notre réseau grâce à plusieurs cartes interactives situées dans les pages clés.

Un espace plus large a été consacré à nos projets, actifs et terminés, ainsi qu'aux ADL, membres, ambassadeurs et réseaux, avec une section dédiée à chacun d'entre eux !

Non moins important, l'ALDA+ a enfin sa section spécifique illustrant toutes les formations et les services que nous offrons !

Bien qu'il y ait encore beaucoup à dire, nous voulons laisser à nos adeptes le plaisir de la découverte ! Profitez du nouveau www.alda-europe.eu et... faites-nous part de vos commentaires!


Le patrimoine culturel est l'environnement dans lequel nous nous développons

Un entretien avec le prof. Darija Andovska, compositrice, pianiste et auteure de musique orchestrale, de chambre, solo, vocale, de cinéma, de théâtre et de danse, ainsi que de musique pour des projets multimédias, par Ana Frangovska, historienne de l'art et commissaire

 

Darija Andovska est une marque macédonienne dans le domaine de la musique contemporaine, en tant que compositeur, pianiste et auteur de musique de chambre, solo, orchestrale, symphonique, chorale ainsi que de musique de film, de théâtre, de danse et de projets multimédias. Ses œuvres ont été jouées dans des festivals et concerts en Macédoine du Nord, Bulgarie, Serbie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie, Suisse, Italie, Allemagne, Géorgie, France, Angleterre, Irlande, Danemark, Suède, Norvège, Ukraine, Azerbaïdjan , Autriche, Albanie, Russie, Mexique, Canada, Pologne, Roumanie, Arménie et États-Unis d'Amérique. Sa musique a été enregistrée sur CD et vendue en Suisse, Bosnie-Herzégovine, Italie, Macédoine du Nord, Serbie, Monténégro, Allemagne, et ses partitions ont été publiées par Nuova Stradivarius - Italie, Sordino - Suisse, Association des compositeurs - Macédoine du Nord. A remporté plusieurs concours, nominé et récompensé également pour la musique de film et de théâtre dans le monde entier. Choisi par MusMA (Music Masters on Air) comme l'un des meilleurs jeunes compositeurs d'Europe pour 2013/2014. Nominé (2014) et deux fois récompensé (2013, 2015) du prix «Virtuose» du meilleur compositeur de Macédoine. A remporté le prix d'honneur culturel de la ville de Zurich - Meilleur compositeur en 2014. Ambassadeur de la musique macédonienne pour le projet CEEC 17 + 1 entre la Chine et les pays d'Europe centrale et orientale pour 2016/2017 et 2018-2020. Récompensé par le prix d'État «Panche Peshev» 2018 pour les plus hautes réalisations dans l'art musical. Andovska est directeur artistique du festival Days of Macedonian Music, dans le cadre de l'Association des compositeurs de Macédoine - SOKOM. Travaille comme professeur à la Faculté de musique et à la Faculté des arts dramatiques de l'Université d'État «Ss. Cyrille et Méthode »à Skopje.

La musique fait également partie intégrante du patrimoine culturel. Très souvent, les musiciens contemporains s'inspirent des sons traditionnels et entrelacent certains éléments d'ethno-folklore dans des compositions contemporaines afin de transmettre l'esprit d'appartenance à un certain lieu. Mme Andovska étant une éducatrice (en tant que professeur à l'Académie de musique de Skopje) et une créatrice active dans le domaine de la culture et, en plus d'être une critique constructive de la société moderne macédonienne, est l'interlocuteur pertinent approprié sur le sujet de notre recherche sur l'héritage partagé ou contesté.

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Darija: Notre héritage n'est pas ce que nous choisissons d'être. C'est l'environnement qui façonne nos pensées, nos croyances et même nos goûts depuis que nous sommes enfants, tout comme l'environnement façonne et dirige les cellules souches pour se développer en différents tissus. Il ne s'agit pas de la façon dont il est présenté au public, il fait déjà partie de nous. Le public qui ne vient pas avec le même patrimoine, peut simplement l'observer et l'accepter tel quel, en tant que diversité culturelle ou en partie s'y rapporter, s'il y a un lien. Il n'y a en fait aucun défi à cela, à moins que cela ne soit placé dans le contexte de la politique quotidienne.

Lorsqu'elle traite de l'histoire et du patrimoine partagés, la coopération internationale a le potentiel de favoriser une meilleure compréhension au sein et entre les cultures. Êtes-vous d'accord? Quelle est votre expérience personnelle?

Darija: Je ne vois pas pourquoi cette «histoire partagée» est si importante dans le cas de la Macédoine. Je ne vois aucun autre pays confronté à un tel problème ou prétendant avoir une histoire commune. Défions la Grèce et la Turquie d'avoir une histoire et un patrimoine communs, ou la Grèce et la Bulgarie, ou la France et l'Allemagne, ou la Serbie et la Croatie et la Slovénie… arrêtons-nous ici. Non, cela n'a pas le potentiel de favoriser plus de compréhension, mais juste plus d'oppression envers l'une des parties impliquées.

"Notre héritage n'est pas ce que nous choisissons d'être. C'est l'environnement qui façonne nos pensées et nos croyances"

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Darija: Ces sujets ne relèvent pas de mon domaine d’intérêt particulier. Je m'intéresse à la musique contemporaine, de plus, l'ethno-musique a, malgré quelques similitudes, des paramètres complètement différents dans chaque pays, elle ne peut donc pas être interprétée comme un patrimoine «partagé».

Dans un contexte d'incertitudes et de dystopies, quel est le rôle du patrimoine culturel?

Darija: Le patrimoine culturel est l'environnement dans lequel nous nous développons.

Pouvons-nous parvenir à la réconciliation à l'aide de la musique (et de ses différences et similitudes) si nous la replaçons dans un nouveau contexte?

Darija: Il n'y a aucun différend qui nécessite une réconciliation dans ces domaines. C'est juste différent. Vous ne pouvez pas le réconcilier.

L'un des défis pour les chercheurs et les praticiens dans le domaine du patrimoine culturel est de développer des approches plus inclusives pour partager le patrimoine afin de transgresser les frontières sociales et nationales. Avez-vous des idées sur la façon dont cette approche serait mise en œuvre dans votre domaine d'intérêt particulier?

Darija: Oui, c'est un défi car cette approche est artificielle. C'est redondant.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Darija: Ce n'est pas le cas du patrimoine culturel. Le patrimoine culturel est vivant et imbriqué dans tous les segments de notre vie quotidienne, d’une manière ou d’une autre. C'est dans le langage (le rythme), c'est dans les berceuses, c'est dans la structure anatomique et bien d'autres aspects. Cette référence peut s'appliquer à certains livres d'histoire.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Darija: Oui, nous pouvons tous ajouter à cela et enrichir le monde, mais pas pour une nation ou une autre.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Darija: J'espère que non. Avoir notre propre héritage culturel, langue, histoire, etc. fait partie de nos droits humains fondamentaux.

 

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Un entretien avec le prof. Darija Andovska, compositrice, pianiste et auteure de musique orchestrale, de chambre, solo, vocale, de cinéma, de théâtre et de danse, ainsi que de musique pour des projets multimédias, par Ana Frangovska, historienne de l'art et commissaire

 

Darija Andovska est une marque macédonienne dans le domaine de la musique contemporaine, en tant que compositeur, pianiste et auteur de musique de chambre, solo, orchestrale, symphonique, chorale ainsi que de musique de film, de théâtre, de danse et de projets multimédias. Ses œuvres ont été jouées dans des festivals et concerts en Macédoine du Nord, Bulgarie, Serbie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie, Suisse, Italie, Allemagne, Géorgie, France, Angleterre, Irlande, Danemark, Suède, Norvège, Ukraine, Azerbaïdjan , Autriche, Albanie, Russie, Mexique, Canada, Pologne, Roumanie, Arménie et États-Unis d'Amérique. Sa musique a été enregistrée sur CD et vendue en Suisse, Bosnie-Herzégovine, Italie, Macédoine du Nord, Serbie, Monténégro, Allemagne, et ses partitions ont été publiées par Nuova Stradivarius - Italie, Sordino - Suisse, Association des compositeurs - Macédoine du Nord. A remporté plusieurs concours, nominé et récompensé également pour la musique de film et de théâtre dans le monde entier. Choisi par MusMA (Music Masters on Air) comme l'un des meilleurs jeunes compositeurs d'Europe pour 2013/2014. Nominé (2014) et deux fois récompensé (2013, 2015) du prix «Virtuose» du meilleur compositeur de Macédoine. A remporté le prix d'honneur culturel de la ville de Zurich - Meilleur compositeur en 2014. Ambassadeur de la musique macédonienne pour le projet CEEC 17 + 1 entre la Chine et les pays d'Europe centrale et orientale pour 2016/2017 et 2018-2020. Récompensé par le prix d'État «Panche Peshev» 2018 pour les plus hautes réalisations dans l'art musical. Andovska est directeur artistique du festival Days of Macedonian Music, dans le cadre de l'Association des compositeurs de Macédoine - SOKOM. Travaille comme professeur à la Faculté de musique et à la Faculté des arts dramatiques de l'Université d'État «Ss. Cyrille et Méthode »à Skopje.

La musique fait également partie intégrante du patrimoine culturel. Très souvent, les musiciens contemporains s'inspirent des sons traditionnels et entrelacent certains éléments d'ethno-folklore dans des compositions contemporaines afin de transmettre l'esprit d'appartenance à un certain lieu. Mme Andovska étant une éducatrice (en tant que professeur à l'Académie de musique de Skopje) et une créatrice active dans le domaine de la culture et, en plus d'être une critique constructive de la société moderne macédonienne, est l'interlocuteur pertinent approprié sur le sujet de notre recherche sur l'héritage partagé ou contesté.

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Darija: Notre héritage n'est pas ce que nous choisissons d'être. C'est l'environnement qui façonne nos pensées, nos croyances et même nos goûts depuis que nous sommes enfants, tout comme l'environnement façonne et dirige les cellules souches pour se développer en différents tissus. Il ne s'agit pas de la façon dont il est présenté au public, il fait déjà partie de nous. Le public qui ne vient pas avec le même patrimoine, peut simplement l'observer et l'accepter tel quel, en tant que diversité culturelle ou en partie s'y rapporter, s'il y a un lien. Il n'y a en fait aucun défi à cela, à moins que cela ne soit placé dans le contexte de la politique quotidienne.

Lorsqu'elle traite de l'histoire et du patrimoine partagés, la coopération internationale a le potentiel de favoriser une meilleure compréhension au sein et entre les cultures. Êtes-vous d'accord? Quelle est votre expérience personnelle?

Darija: Je ne vois pas pourquoi cette «histoire partagée» est si importante dans le cas de la Macédoine. Je ne vois aucun autre pays confronté à un tel problème ou prétendant avoir une histoire commune. Défions la Grèce et la Turquie d'avoir une histoire et un patrimoine communs, ou la Grèce et la Bulgarie, ou la France et l'Allemagne, ou la Serbie et la Croatie et la Slovénie… arrêtons-nous ici. Non, cela n'a pas le potentiel de favoriser plus de compréhension, mais juste plus d'oppression envers l'une des parties impliquées.

"Notre héritage n'est pas ce que nous choisissons d'être. C'est l'environnement qui façonne nos pensées et nos croyances"

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Darija: Ces sujets ne relèvent pas de mon domaine d’intérêt particulier. Je m'intéresse à la musique contemporaine, de plus, l'ethno-musique a, malgré quelques similitudes, des paramètres complètement différents dans chaque pays, elle ne peut donc pas être interprétée comme un patrimoine «partagé».

Dans un contexte d'incertitudes et de dystopies, quel est le rôle du patrimoine culturel?

Darija: Le patrimoine culturel est l'environnement dans lequel nous nous développons.

Pouvons-nous parvenir à la réconciliation à l'aide de la musique (et de ses différences et similitudes) si nous la replaçons dans un nouveau contexte?

Darija: Il n'y a aucun différend qui nécessite une réconciliation dans ces domaines. C'est juste différent. Vous ne pouvez pas le réconcilier.

L'un des défis pour les chercheurs et les praticiens dans le domaine du patrimoine culturel est de développer des approches plus inclusives pour partager le patrimoine afin de transgresser les frontières sociales et nationales. Avez-vous des idées sur la façon dont cette approche serait mise en œuvre dans votre domaine d'intérêt particulier?

Darija: Oui, c'est un défi car cette approche est artificielle. C'est redondant.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Darija: Ce n'est pas le cas du patrimoine culturel. Le patrimoine culturel est vivant et imbriqué dans tous les segments de notre vie quotidienne, d’une manière ou d’une autre. C'est dans le langage (le rythme), c'est dans les berceuses, c'est dans la structure anatomique et bien d'autres aspects. Cette référence peut s'appliquer à certains livres d'histoire.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Darija: Oui, nous pouvons tous ajouter à cela et enrichir le monde, mais pas pour une nation ou une autre.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Darija: J'espère que non. Avoir notre propre héritage culturel, langue, histoire, etc. fait partie de nos droits humains fondamentaux.

 

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.


Présenter le patrimoine dans son intégralité pour la société d'aujourd'hui

Entretien avec Tosho Spiridonov, historien, anthropologue et archéologue de Sophia, Bulgarie, par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice

 

Tosho Spiridonov est un expert de premier plan dans le domaine de la Thrace ancienne, de la géographie historique, de l'ethnographie historique, de l'anthropologie, de l'archéologie et possède une expertise particulière dans la numérisation du patrimoine culturel et historique. Il est professeur associé d'histoire à l'Académie bulgare des sciences et directeur du Centre national pour la numérisation du National Scientific Expeditionary Club UNESCO. M. Spiridonov a participé à la création de nombreux projets dans les domaines du tourisme culturel, de l'ethnologie et du folklore. Il a été directeur au Musée d'histoire et expert au ministère de la Culture.

Il a une grande collaboration avec des collègues de Macédoine du Nord, des échanges très étroits avec la Faculté de philosophie de l'Université «St. Cyril et Méthode », notamment dans le domaine de la numérisation du patrimoine culturel et dans la création d'un logiciel pour les musées de Macédoine prêt à être mis en œuvre.

 

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément des points de vue et des voix différents lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Tosho: La réponse à toutes les questions liées au patrimoine historique a été et sera toujours complexe. Elle est complexe car elle a toujours été influencée par la situation politique, qui poursuit ses propres objectifs, et au nom de laquelle elle est prête à ignorer la vérité historique qui en elle-même est complexe. C'est pourquoi le patrimoine doit être considéré comme quelque chose qui a deux faces. Un côté est l'héritage lié à la vie des personnes qui l'ont créé, qui ont effectivement participé à sa création et l'ont utilisé dans leur vie quotidienne. L'autre aspect est de contextualiser le patrimoine à travers la perspective présente la vie. Le contexte actuel dicte aux scientifiques et aux politiciens (parce qu'ils étudient, utilisent et présentent ce patrimoine aux gens d'aujourd'hui) ce qu'il faut dire exactement, comment présenter exactement le patrimoine, en ayant les tâches d'aujourd'hui à résoudre.C'est pourquoi l'analyse du patrimoine a deux aspects qui doivent être clairement définis et présentés au peuple: dans quel contexte historique ce patrimoine a été créé; comment nous «lisons» cet héritage aujourd'hui. Sans cette unité, la société sera toujours soumise à l'influence de l'un ou l'autre côté de l'interprétation du patrimoine. C'est pourquoi je crois que présenter le patrimoine dans son intégralité est très important pour la société d'aujourd'hui afin de comprendre son passé et de participer à la construction de son avenir.

Selon vous, quelles sont les manières pacifiques et tolérantes de lire et de présenter des faits sur une histoire partagée ou contestée?

Tosho: La lecture de l'histoire a deux faces. Un côté est personnel, car tout le monde le lit, le brisant à travers son histoire personnelle. Par exemple, en Bulgarie, je vois qu'il y a des gens qui maudissent le temps du socialisme, parce qu'alors le gouvernement a pris une partie de leurs biens ou ils ont subi d'autres types de pertes en raison du système. D'autres, au contraire, regrettent le socialisme, car ce système leur a donné l'opportunité d'étudier et d'accomplir quelque chose dans leur vie. Et bien que cet exemple ne soit pas directement lié au patrimoine, il est révélateur de la réfraction de l'histoire commune à travers l'histoire personnelle. Comment lire et présenter les faits historiques?

La réponse simple est - par des compromis des deux côtés, au nom de l'avenir des deux parties au différend. S'il existe des points de discorde insurmontables, ils doivent être écartés. Ils devraient faire l’objet de débats et de discussions scientifiques calmes, avec tous les matériaux de base et les preuves sur la table. Tout au long de ces discussions, les deux parties ne devraient pas être soumises à des pressions politiques et médiatiques jusqu'à ce qu'un résultat positif soit obtenu.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Macédoine du Nord et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Tosho: Oui, j'ai une coopération avec des collègues de Macédoine du Nord. Jusqu'à présent, je n'ai aucune difficulté dans cette coopération - au contraire, je rencontre une réponse positive à nos initiatives et je réponds de la même manière à leurs initiatives.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Tosho: Je travaille dans le domaine de l'histoire ancienne, de la géographie historique et de l'archéologie. Avec la Société DIOS et le National Research and Expedition Club - UNESCO - Sofia, nous nous sommes engagés en coopération avec des collègues de l'Université de Skopje et du site archéologique de Stobi et nous avons développé conjointement un logiciel pour le travail des musées macédoniens et il est prêt à être entraine toi.

Avec mon collègue Svilen Stoyanov, nous avons participé à une conférence à Ohrid, consacrée à la préservation du patrimoine culturel en Macédoine du Nord.

Je dois dire que je vois de petits problèmes liés au manque de coordonnées géographiques de chaque site archéologique, ce qui empêchera la localisation de ces sites à leur place exacte sur la carte archéologique et rendra difficile la collaboration. Cependant, cela ouvre la voie à un travail commun dans lequel nous pourrions coopérer - nous pouvons former des archéologues macédoniens à faire face à ce problème, qui est essentiel dans la pratique archéologique; il en va de même pour les ethnographes et les historiens.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Tosho: Se souvenir du passé est une question d'expérience, et l'expérience est personnelle ou publique. L'expérience personnelle du passé détermine «mon» attitude envers ce passé, qui peut ne pas coïncider avec celle du public. L'expérience sociale dépend de nombreux facteurs, dont le plus important est l'objectif de la société d'aujourd'hui et par quels moyens cet objectif peut-il être atteint. L'expérience publique forme le contexte national du patrimoine culturel, car elle détermine les points de référence choisis dans l'histoire de cette société dans la poursuite de ses objectifs actuels. Le contexte régional est autre chose, et il dépend de la situation géographique, du développement local de la zone donnée et des relations avec les zones voisines. Une zone géographique peut être plus ou moins liée à une autre, et c'est le facteur le plus important à mesure que nous remontons dans le temps. Tout dépend de la situation géographique - si une route commerciale importante traverse une région donnée, si les conditions permettent à un certain artisanat de se développer, si la région est influencée par telle ou telle région voisine.Chaque région appartient à l'une ou l'autre société / Etat. Tout cela est arrivé à la suite du développement historique des terres données. Par conséquent, c'est le travail de cette société / État de prendre en compte les intérêts de chaque région qui a chuté à la suite de ce développement historique dans cette société / État. De cette manière seulement, il sera possible de construire une société cohésive - lorsque les intérêts de chaque région seront pris en compte. Négliger les intérêts d'une région conduit à des différences dans la société, ce qui conduit à son tour à une société instable. D'où la réponse à la question - chaque région veut conserver des échantillons de sa culture - restaurée, préservée, exposée. Parce que plus nous remontons dans le temps, plus les différences de développement culturel entre les différentes régions que nous voyons sont grandes en raison de la faiblesse des communications entre les différentes régions d'un pays.L'homme n'a pas trouvé de nombreuses façons différentes de partager les modèles de patrimoine. En résumé, il y a trois voies - recherche, éducation et tourisme culturel, chacune a ses propres spécificités et peut être longuement étudiée.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet, a déclaré Anderson en 1991. » Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Tosho: Ce que dit Anderson concerne principalement des histoires nationales, et c'est vrai. Quel est le but de ces histoires? Le récit national a une tâche importante: unir les gens d'un territoire en racontant une histoire construite chronologiquement qui leur dit la vérité historique sur eux-mêmes. Il ignore un peu le passé, car il peut y avoir des faits qui feront douter que cette société est vraiment aussi homogène que présentée, s'il n'y a pas de groupes séparés de personnes qui pensent différemment, etc. En d'autres termes - si nous partons de la règle selon laquelle la nation est une nouvelle étape dans le développement ethnique de la société, elle doit avoir sa propre histoire; avec elle commence une nouvelle formation ethnique.

"Se souvenir du passé est une question d'expérience, et l'expérience est personnelle ou publique"

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Tosho: Le récit national fondé sur l'humanisme et la solidarité mondiale va dans le même sens que la pensée d'Anderson. Il en va de même pour Holtroff - il pense qu’aucun héritage culturel du passé ne pourrait unir la population d’un pays donné dans le présent. C'est pourquoi il est important de trouver un nouveau patrimoine - ce sont de nouveaux «monuments du patrimoine culturel», subordonnés à l'humanisme, à la solidarité entre les peuples d'un pays. Laissant de côté dans une certaine mesure la suggestion spécifique des anciens monuments, ces nouveaux «monuments» sont universels, et ils uniront les gens au nom du but futur. Ce sont peut-être des monuments flambant neufs, mais ils peuvent aussi être certains du passé qui recevront une nouvelle interprétation, sous réserve de l'objectif - unir la population autour d'un seul fil rouge - du passé. Cependant, ces monuments anciens doivent être soigneusement sélectionnés afin de ne pas déranger les sentiments des personnes qui les perçoivent différemment.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Tosho: Le passé est le passé! Elle ne doit pas être déformée ou transformée à la lumière des tâches politiques ou nationales d'aujourd'hui. Une telle transformation entraînera de plus grandes complications au sein de la société / l'État lui-même et de plus grandes difficultés à résoudre les tâches d'aujourd'hui. Une nouvelle nation doit reposer sur deux piliers principaux. Le premier est le passé, le second est l'avenir. Le passé - quoi qu'il en soit, n'est pas crucial, il nous dit seulement qu'une population a vécu dans cette région dans le passé. C'est pourquoi on choisit un certain moment dans le temps, à partir duquel commence la formation progressive de la nouvelle nation - quelles qu'en soient les raisons. Il est important de connaître les racines, mais le plus important est ce que la population d'aujourd'hui crée, la manière dont elle traite les connaissances sur elle-même. Cela pourrait être comme (planter une variété de pomme sur un autre arbre - un principe approximatif mais vrai - les racines sont anciennes, avec leur «histoire», mais la pomme représente déjà une nouvelle variété, et c'est plus important.

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Tosho: Je crois que quiconque s'occupe du patrimoine culturel et travaille avec de bonnes intentions et un engagement peut résoudre au moins un des problèmes. Le patrimoine contesté doit être considéré dans le contexte de l'époque à laquelle il a été créé. À ce moment précis, elle répondait aux exigences de cette société. Cependant, vu dans le contexte de la société actuelle, le patrimoine se présente (ou se présente) différemment. Tout dépend de la façon dont la société d'aujourd'hui «voit» cet héritage, pas de ce qu'il représentait alors. Dans la théorie de l'ethnie, chaque nouveau groupe ethnique est construit sur la base d'au moins deux autres groupes ethniques relativement différents. Si nous ne reconnaissons pas ces groupes ethniques, alors évidemment nous aurons des difficultés à construire «le nôtre», l'ethnie d'aujourd'hui.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Tosho: Comme chacun sait, la politique est un art de compromis. Si l'histoire est écrite d'une manière qui respecte les opinions des deux parties, quiconque la lit peut y trouver ce qui l'intéresse. Ensuite, le patrimoine culturel sera plus clair, compréhensible et accepté par la société.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Ce fut une grande expérience de promotion interculturelle, de prise en charge collective de problèmes communs et une occasion importante de stimuler la citoyenneté active des jeunes à Strasbourg. Comme il a insisté sur le rôle fondamental des jeunes pour devenir des «acteurs du changement», en outre, le projet a contribué à la réalisation de certains des Objectifs de développement durable, à savoir l'ODD 10 - Réduction des inégalités; ODD 11 - Villes et communautés durables; ODD 12 - Consommation et production durables; et ODD 13 - Mesures relatives à la lutte contre le changement climatique.

Financé par le Ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères par FONJEP, ECO-CHANGE a été coordonné par l'ALDA avec Stamtish, une ONG basée à Strasbourg dont la mission est de promouvoir l'intégration des personnes issues de l'immigration à travers des événements culinaires et éco-responsables. 

Il s'agit d'un élément d'en-tête personnalisé.

Aenean et felis imperdiet, ornare enim quis, maximus libero. Pellentesque rhoncus scelerisque dolor ac rhoncus. Nullam vulputate purus nulla, sed lacinia quam luctus sit amet. Mauris non consectetur velit. Ut sodales ipsum quis magna blandit ultricies. Aliquam ut lectus sed enim sollicitudin mollis. Vivamus eget tortor sit amet eros sollicitudin facilisis porttitor ut purus. Pellentesque ullamcorper nunc id dolor aliquet tristique. Aliquam porttitor erat sit amet velit molestie ullamcorper. Aliquam malesuada egestas metus eleifend viverra. Aliquam faucibus tortor purus, dans maximus mauris rhoncus id. Aliquam hendrerit lorem vitae leo lobortis, eget lobortis elit tristique. Ut vehicula odio molestie, sempre lacus eget, lacinia ligula. Morbi eros non vulputé.


Tout le patrimoine culturel appartient à chacun de nous

Entretien avec Sanja Ivanovska Velkoska, archéologue et conservatrice au Centre national pour la conservation de Skopje, interviewée par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice

 

Sanja Ivanovska Velkoska est titulaire d'un doctorat en archéologie, employé au Centre national de conservation de Skopje. En tant qu'expert dans le domaine de l'archéologie et de la conservation, elle possède une expérience considérable en tant que consultante externe pour d'autres institutions et sites de protection du patrimoine culturel. Mme Ivanovska Velkoska a rédigé de nombreux articles scientifiques, participé à de nombreuses conférences scientifiques et a effectué une résidence scientifique à Belgrade, en Serbie et à Lund, en Suède. Ses vastes connaissances en matière de protection du patrimoine culturel en théorie et en pratique font d'elle une excellente interlocutrice sur les questions liées au patrimoine partagé ou contesté.

Qu'est-ce que le patrimoine, comment fonctionne-t-il et que signifie-t-il pour des personnes d'horizons différents?

Sanja: Les valeurs matérielles et culturelles que nous avons héritées de nos ancêtres et de leurs ancêtres sont ce qu'il faut appeler le patrimoine culturel. Malheureusement, son interprétation dans différents environnements est souvent caractérisée par un contenu contrasté.

Pensez-vous que les institutions patrimoniales devraient être plus inclusives ou exclusives? Est-il important de savoir clairement quelles histoires sont présentées, par qui et à quelles fins? Certaines pratiques pointent vers une approche inclusive à travers la restructuration des institutions et la promotion d'un leadership de soutien. Que pensez-vous de cette approche?

Sanja: Si nous voulons que la population en général sache ce qu'est le patrimoine culturel et le nourrit et le conserve sans condition, alors les institutions doivent faciliter son accès et le promouvoir davantage et de manière appropriée auprès du large public. Les raisons de la présentation du patrimoine culturel ne sont pas du tout importantes car il ne devrait pas du tout appartenir.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Grèce et de Bulgarie et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Sanja: Dans le passé, nous avions une plus grande coopération institutionnelle avec de nombreux pays voisins, mais cette pratique a lentement diminué au cours des huit dernières années. Cela n’est dû à aucune politique, mais à la très mauvaise gestion de l’institution dans laquelle je travaille. Sur le plan personnel, les contacts avec les collègues sont régulièrement entretenus. Même à mes propres frais, pendant mon temps libre, j'établis des liens avec des pays avec lesquels nous n'avons pas encore coopéré. Mais tout travail reste basé sur une motivation personnelle ou au niveau d'un petit groupe interdisciplinaire qui a l'idée d'apporter de nouvelles techniques, technologies et méthodes de gestion du patrimoine culturel sous tous ses aspects (concernant les travaux de recherche, la conservation / restauration, la présentation et la vulgarisation ).

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Sanja: Oui, c'est en pratique, mais ça ne devrait pas être. Le patrimoine culturel ne doit jamais avoir de cadre ethnique, religieux, de genre ou tout autre cadre contextuel. Au contraire, je crois que tout le patrimoine culturel appartient à chacun de nous, fait partie de notre passé et affecte notre présent et notre avenir.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Sanja: En tant que lauréat de l'ASDI Fellow, j'ai participé à un programme de formation avancée sur la conservation et la gestion des bâtiments historiques à l'Université de Lund à Lund, en Suède, où j'ai présenté mon étude de cas sur «La conservation et la présentation de la porte sud du site archéologique de la forteresse de Skopje ». L'approche de l'époque était guidée par les principes de Europa Nostra, qui ont été observées et appliquées dans mon travail professionnel concernant la protection intégrale des sites archéologiques en tant que patrimoine culturel.

"Le patrimoine culturel doit être traité comme une réalisation précieuse de la créativité des gens d'une certaine époque"

Quel est l'impact du patrimoine culturel sur la résolution des problèmes liés au patrimoine partagé ou contesté?

Sanja: En pratique, aucun. Les théoriciens peuvent trouver de nombreux points de contact et d'influences, mais l'agent est conscient qu'en pratique, dans notre pays, ce n'est qu'une lettre morte sur papier.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Sanja: Les significations ne sont pas aussi importantes que l'approche et l'attitude à l'égard du patrimoine culturel. Nous sommes conscients que le patrimoine culturel en tant que catégorie de culture est toujours en marge dans notre pays. Tous les efforts de modification sont encore en cours, alors que dans la pratique, il est démontré que diverses manifestations populistes non pertinentes reçoivent plus de publicité, et donc plus de fonds que tout projet de protection du patrimoine culturel.

Personne ne peut dire qu'un élément du patrimoine culturel appartient à quelqu'un, à moins qu'il ne l'hérite personnellement de ses parents. Ce qui nous tient à cœur en tant que société nous appartient à tous.La vulgarisation est le moyen le plus important de partager la valeur du patrimoine culturel, et donc d'accroître l'intérêt pour celui-ci. Dans une existence populaire, tout patrimoine culturel est beaucoup plus facile à gérer et peut même devenir autonome.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Sanja: Malheureusement, c'est souvent le cas. Cependant, il y a des tentatives occasionnelles d'intégration du patrimoine culturel, qui analyse de manière exhaustive les problèmes, et donc les réactions à l'action sont interdisciplinaires. Je le répète, c'est très rare, mais jusqu'à présent, cela s'est avéré être une pratique réussie. Et tant que nous continuerons à traiter le patrimoine culturel sous un seul aspect, nous ne proposerons jamais de solutions presque idéales.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Sanja: Oui, bien sûr.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Sanja: Oui, je pense que oui. Tant que nous utilisons un vocabulaire riche et lourd avec des termes professionnels dans les histoires du patrimoine culturel, notre groupe cible sera le seul groupe de personnes qui peut nous comprendre. Ceux qui nous comprennent font généralement partie de nos cercles professionnels ou de nos collègues. Dans ce cas, nous avons complètement manqué l'objectif de vulgarisation du patrimoine culturel.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Entretien avec Sanja Ivanovska Velkoska, archéologue et conservatrice au Centre national pour la conservation de Skopje, interviewée par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice

 

Sanja Ivanovska Velkoska est titulaire d'un doctorat en archéologie, employé au Centre national de conservation de Skopje. En tant qu'expert dans le domaine de l'archéologie et de la conservation, elle possède une expérience considérable en tant que consultante externe pour d'autres institutions et sites de protection du patrimoine culturel. Mme Ivanovska Velkoska a rédigé de nombreux articles scientifiques, participé à de nombreuses conférences scientifiques et a effectué une résidence scientifique à Belgrade, en Serbie et à Lund, en Suède. Ses vastes connaissances en matière de protection du patrimoine culturel en théorie et en pratique font d'elle une excellente interlocutrice sur les questions liées au patrimoine partagé ou contesté.

Qu'est-ce que le patrimoine, comment fonctionne-t-il et que signifie-t-il pour des personnes d'horizons différents?

Sanja: Les valeurs matérielles et culturelles que nous avons héritées de nos ancêtres et de leurs ancêtres sont ce qu'il faut appeler le patrimoine culturel. Malheureusement, son interprétation dans différents environnements est souvent caractérisée par un contenu contrasté.

Pensez-vous que les institutions patrimoniales devraient être plus inclusives ou exclusives? Est-il important de savoir clairement quelles histoires sont présentées, par qui et à quelles fins? Certaines pratiques pointent vers une approche inclusive à travers la restructuration des institutions et la promotion d'un leadership de soutien. Que pensez-vous de cette approche?

Sanja: Si nous voulons que la population en général sache ce qu'est le patrimoine culturel et le nourrit et le conserve sans condition, alors les institutions doivent faciliter son accès et le promouvoir davantage et de manière appropriée auprès du large public. Les raisons de la présentation du patrimoine culturel ne sont pas du tout importantes car il ne devrait pas du tout appartenir.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Grèce et de Bulgarie et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Sanja: Dans le passé, nous avions une plus grande coopération institutionnelle avec de nombreux pays voisins, mais cette pratique a lentement diminué au cours des huit dernières années. Cela n’est dû à aucune politique, mais à la très mauvaise gestion de l’institution dans laquelle je travaille. Sur le plan personnel, les contacts avec les collègues sont régulièrement entretenus. Même à mes propres frais, pendant mon temps libre, j'établis des liens avec des pays avec lesquels nous n'avons pas encore coopéré. Mais tout travail reste basé sur une motivation personnelle ou au niveau d'un petit groupe interdisciplinaire qui a l'idée d'apporter de nouvelles techniques, technologies et méthodes de gestion du patrimoine culturel sous tous ses aspects (concernant les travaux de recherche, la conservation / restauration, la présentation et la vulgarisation ).

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Sanja: Oui, c'est en pratique, mais ça ne devrait pas être. Le patrimoine culturel ne doit jamais avoir de cadre ethnique, religieux, de genre ou tout autre cadre contextuel. Au contraire, je crois que tout le patrimoine culturel appartient à chacun de nous, fait partie de notre passé et affecte notre présent et notre avenir.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Sanja: En tant que lauréat de l'ASDI Fellow, j'ai participé à un programme de formation avancée sur la conservation et la gestion des bâtiments historiques à l'Université de Lund à Lund, en Suède, où j'ai présenté mon étude de cas sur «La conservation et la présentation de la porte sud du site archéologique de la forteresse de Skopje ». L'approche de l'époque était guidée par les principes de Europa Nostra, qui ont été observées et appliquées dans mon travail professionnel concernant la protection intégrale des sites archéologiques en tant que patrimoine culturel.

"Le patrimoine culturel doit être traité comme une réalisation précieuse de la créativité des gens d'une certaine époque"

Quel est l'impact du patrimoine culturel sur la résolution des problèmes liés au patrimoine partagé ou contesté?

Sanja: En pratique, aucun. Les théoriciens peuvent trouver de nombreux points de contact et d'influences, mais l'agent est conscient qu'en pratique, dans notre pays, ce n'est qu'une lettre morte sur papier.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Sanja: Les significations ne sont pas aussi importantes que l'approche et l'attitude à l'égard du patrimoine culturel. Nous sommes conscients que le patrimoine culturel en tant que catégorie de culture est toujours en marge dans notre pays. Tous les efforts de modification sont encore en cours, alors que dans la pratique, il est démontré que diverses manifestations populistes non pertinentes reçoivent plus de publicité, et donc plus de fonds que tout projet de protection du patrimoine culturel.

Personne ne peut dire qu'un élément du patrimoine culturel appartient à quelqu'un, à moins qu'il ne l'hérite personnellement de ses parents. Ce qui nous tient à cœur en tant que société nous appartient à tous.La vulgarisation est le moyen le plus important de partager la valeur du patrimoine culturel, et donc d'accroître l'intérêt pour celui-ci. Dans une existence populaire, tout patrimoine culturel est beaucoup plus facile à gérer et peut même devenir autonome.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Sanja: Malheureusement, c'est souvent le cas. Cependant, il y a des tentatives occasionnelles d'intégration du patrimoine culturel, qui analyse de manière exhaustive les problèmes, et donc les réactions à l'action sont interdisciplinaires. Je le répète, c'est très rare, mais jusqu'à présent, cela s'est avéré être une pratique réussie. Et tant que nous continuerons à traiter le patrimoine culturel sous un seul aspect, nous ne proposerons jamais de solutions presque idéales.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Sanja: Oui, bien sûr.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Sanja: Oui, je pense que oui. Tant que nous utilisons un vocabulaire riche et lourd avec des termes professionnels dans les histoires du patrimoine culturel, notre groupe cible sera le seul groupe de personnes qui peut nous comprendre. Ceux qui nous comprennent font généralement partie de nos cercles professionnels ou de nos collègues. Dans ce cas, nous avons complètement manqué l'objectif de vulgarisation du patrimoine culturel.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.


Reconnecter les ponts brisés à travers l'art et la culture

Entretien avec Alexandros Stamatiou, reporter photo d'Athènes, Grèce, interviewé par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice

Alexandros Stamatiou est un reporter photo originaire d'Athènes, en Grèce. M. Stamatiou possède un impressionnant portefeuille de photographies et de vidéos documentaires relatant les problèmes politiques des dernières décennies dans les Balkans: documentant les situations après les guerres qui se sont produites avec la décadence de la République fédérale socialiste de Yougoslavie; la question du nom en Macédoine du Nord; Grecs en Albanie; couverture des conflits entre les troupes paramilitaires albanaises de l'UCK du Kosovo et les autorités de Macédoine du Nord; couverture des bombardements de l'OTAN sur le Kosovo et la Serbie et bien d'autres. En enregistrant les moments de l'histoire, il a été arrêté et blessé. Ses photos ont été publiées dans de nombreuses revues et médias de premier plan tels que: Vers Vima, Ta Nea, Éléfthérotypie, Epsilon, Kathimerini, Typos Eleftheros,Naftemporiki, Temps, Elsevier, Het Parole, Newsweek, Xinhua, New York Times, Frankfurter Allgemeine Zeitung etc. Depuis 2006, il travaille pour le documentaire télévisé grec «BALKAN EXPRESS», diffusé sur la télévision nationale grecque ERT3, qui décrit les traditions, la musique, l'histoire et la culture de tous les pays des Balkans. Depuis 2000, il a déménagé à Skopje tout en voyageant pour son travail.

En étant témoin et en documentant de nombreuses scènes de notre histoire récente des Balkans et en écoutant beaucoup de récits liés à la culture, à la géographie, aux décompositions, aux guerres, aux conflits, il tentera de faire la lumière sur le thème du «patrimoine partagé ou contesté».

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément des points de vue et des voix différents lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Alexandros: Je connais bien l'histoire de notre région, même si mon expérience professionnelle est dans le reportage photo. À mon avis, au cours des dernières décennies, nous assistons à une situation très grave, dans laquelle chacun veut saisir une partie de l'histoire de l'autre. Au lieu de construire une coopération plus étroite et de favoriser la coexistence, l'histoire est utilisée comme l'arme la plus dangereuse pour creuser des écarts plus larges sur les Balkans. Les histoires divulguées ne sont pas correctes et consolidées selon les faits, mais plutôt faites sur mesure, une histoire est servie aux Bulgares, une autre aux Grecs, une troisième aux Macédoniens. Ceci est honteux et devrait être arrêté. Nous devons reconstruire les ponts brisés entre les pays et j'estime que la culture et l'art sont les meilleurs conducteurs pour renforcer les liens entre nos pays voisins. Je vis actuellement à Skopje, en Macédoine du Nord, je suis marié à une femme macédonienne et je travaille dur pour amener beaucoup d'artistes grecs ici, pour travailler en étroite collaboration avec les artistes macédoniens, afin d'aider à surmonter les préjugés et les déséquilibres politiques, car ce jeu politique quotidien avec notre peuple est dégoûtant.

Que signifie le patrimoine pour vous en tant qu'individu et en tant que citoyen de votre pays et du monde?

Alexandros: Le patrimoine culturel est une valeur universelle. Je regarde le patrimoine de chacun de la même manière, peu importe l'origine, le pays, la nation. Tout est à nous; il appartient à toute l'humanité. Une fois, j'ai eu une exposition au musée de la photographie de Thessalonique, et un visiteur américain m'a demandé où étaient mes photos. J'ai répondu qu'ils venaient de différentes parties du monde. Il a dit que je devais trier les photos en fonction de l'état, de la nation et du territoire géographique pour une meilleure compréhension. J'ai négligé le critique venant de lui, car pour moi, tout le monde dans ce monde est le même, peu importe d'où ils viennent, ou quelle est leur origine. Je ressens la même chose que je sois en Grèce, en Macédoine du Nord, en Bulgarie, au Kosovo, en Serbie, en Bosnie, partout où j'ai des amis très proches, je ressens la même chose.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Alexandros: Les politiciens utilisent l'histoire, la culture et le patrimoine culturel pour leurs besoins politiques quotidiens. Dans le passé, il n'y avait pas de frontières, nous étions tous pareils. Mon père vient de Kallikrateia, en Chalcidique, donc selon certaines parties de l'histoire, je suis macédonien. Dans le passé, les parents de mon père venaient d'Izmir, en Turquie, il n'y avait donc pas de frontières claires à l'époque. Après cela, les frontières ont été faites et tout le monde est devenu fou, saisissant et essayant de prendre possession du passé, de l'histoire, du patrimoine. J'insisterai sur mon opinion que seule la culture permet d'avancer. Quand j'ai vu à quel point les artistes grecs et macédoniens s'entendaient (sur une résidence que j'ai organisée), c'était le plus grand plaisir. Rien qu'avec le pouvoir des artistes et la culture, nous pouvons montrer nos dents aux politiciens et célébrer l'humanité. Après la signature de l'Accord de Prespa, j'ai vécu une situation très intéressante, dans laquelle beaucoup de mes amis, les Grecs, m'ont appelé et m'ont dit qu'ils n'étaient pas d'accord pour que l'ancienne République yougoslave de Macédoine soit renommée Macédoine du Nord, mais devrait l'être nommé simplement Macédoine. Cela signifie qu'il y a encore de l'espoir de pouvoir reconnecter les ponts cassés.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Macédoine du Nord et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Alexandros: Oui, j'ai une excellente collaboration avec des collègues macédoniens et je n'avais jamais eu de mauvaise expérience jusqu'à présent. Ici, je me sens comme à la maison. J'habitais dans le centre d'Athènes, ici je vis dans le centre de Skopje, et je me sens comme un «Skopjanin». Si quelque chose de grave se passe avec ou dans la ville, cela me fait mal parce que je sens que c'est ma ville natale.

"Je regarde le patrimoine de chacun de la même manière, peu importe l'origine, le pays, la nation. Il appartient à l'humanité."

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Alexandros: Oui! J'ai pris de nombreuses photos et enregistré des documentaires pour des musées à travers les Balkans, en Croatie, en Serbie, en Macédoine du Nord, en Albanie, mais à la National Gallery de Sofia, en Bulgarie, j'ai vécu l'une des expériences les plus impressionnantes. Nous avons rencontré et discuté avec leur directeur, et j'ai vu une grande réaction positive dans sa communication, il était un partisan de l'idée que nous sommes tous les mêmes, principalement des humains du monde. Il se moquait de savoir si je parlais macédonien ou grec, son intérêt principal était de voir ce que nous pouvions montrer au public. Donc, en conséquence, nous avons organisé une grande exposition dans leur galerie.

Certes, nous vivons à une époque de mensonges, servis par les politiciens, mais l'art et les artistes font et peuvent changer la direction du vent et de l'atmosphère. Je suis un photo-reporter qui s'occupe de politique depuis 35 ans, mais maintenant j'en ai assez de la politique.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, photographie, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Alexandros: La photographie est un artefact, elle aide donc beaucoup à confirmer le patrimoine culturel ou les problèmes liés à l'histoire partagée ou contestée. Je suis très souvent ravi par les yeux humains, la manière dont ils interprètent les images, surtout quand ce sont les yeux des enfants. Une fois, j'ai photographié un enfant réfugié du Kosovo, j'ai photographié ses yeux émus. 15 ans plus tard, lors d'une exposition à Skopje, un jeune d'environ 20 ans s'est approché de moi et m'a demandé si je le reconnaissais. J'ai répondu par la négative. Puis il s'est présenté comme cet enfant réfugié sur la photo, et a dit que j'étais une source d'inspiration pour lui et qu'il allait être photographe. Il a appris à parler français, anglais, macédonien et albanais. Donc, c'est une histoire heureuse. Il y a beaucoup d'exemples de ce genre, bons et mauvais. Ainsi, à l'aide de la documentation photo ou vidéo, il y a des faits qui ne peuvent être négligés.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Alexandros: Je suis d'accord, une approche à plusieurs niveaux est l'une des clés pour résoudre les problèmes liés au patrimoine et à l'histoire partagés ou contestés. Les changements dans l'histoire sont influencés par les politiciens, de sorte que la meilleure façon d'aborder les problèmes est de discuter avec les populations locales de petites communautés. J'ai enregistré et interviewé de nombreux villageois et personnes âgées de petites communautés dans de nombreux pays voisins des Balkans, la chose la plus intéressante est qu'ils partagent tous la même histoire, qui est différente de celle qui a changé et changé, offerte par les États à travers le établissements d'enseignement, dans le cadre des agendas politiques.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Alexandros: Je suis tout à fait d'accord avec Cornelius Holtorf. Nous devons surmonter les mauvaises expériences de nos pères et grands-pères, laisser le passé être le passé (il y a des historiens qui peuvent s'asseoir, sans émotion et discuter des moments spécifiques et problématiques découlant de l'utilisation de différents faits) et nous, avec la grande aide de la culture, continuerons à être les créateurs actifs de la nouvelle ère de l'humanisme et de la solidarité mondiale. Je ne dis pas que nous devrions oublier notre passé et négliger notre histoire, mais que cela ne devrait pas être l'obstacle pour être de bons voisins et collaborateurs, un piège dans lequel nous retombons encore et encore pour le bien du quotidien politique.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Alexandros: Oui, comme je l'ai déjà dit, le passé doit rester dans le passé, sans influencer notre vie contemporaine, et ce n'est qu'avec l'aide de la culture que nous pouvons réconcilier, renforcer et renforcer les relations et les communications.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Entretien avec Alexandros Stamatiou, reporter photo d'Athènes, Grèce, interviewé par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice

Alexandros Stamatiou est un reporter photo originaire d'Athènes, en Grèce. M. Stamatiou possède un impressionnant portefeuille de photographies et de vidéos documentaires relatant les problèmes politiques des dernières décennies dans les Balkans: documentant les situations après les guerres qui se sont produites avec la décadence de la République fédérale socialiste de Yougoslavie; la question du nom en Macédoine du Nord; Grecs en Albanie; couverture des conflits entre les troupes paramilitaires albanaises de l'UCK du Kosovo et les autorités de Macédoine du Nord; couverture des bombardements de l'OTAN sur le Kosovo et la Serbie et bien d'autres. En enregistrant les moments de l'histoire, il a été arrêté et blessé. Ses photos ont été publiées dans de nombreuses revues et médias de premier plan tels que: Vers Vima, Ta Nea, Éléfthérotypie, Epsilon, Kathimerini, Typos Eleftheros,Naftemporiki, Temps, Elsevier, Het Parole, Newsweek, Xinhua, New York Times, Frankfurter Allgemeine Zeitung etc. Depuis 2006, il travaille pour le documentaire télévisé grec «BALKAN EXPRESS», diffusé sur la télévision nationale grecque ERT3, qui décrit les traditions, la musique, l'histoire et la culture de tous les pays des Balkans. Depuis 2000, il a déménagé à Skopje tout en voyageant pour son travail.

En étant témoin et en documentant de nombreuses scènes de notre histoire récente des Balkans et en écoutant beaucoup de récits liés à la culture, à la géographie, aux décompositions, aux guerres, aux conflits, il tentera de faire la lumière sur le thème du «patrimoine partagé ou contesté».

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément des points de vue et des voix différents lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Alexandros: Je connais bien l'histoire de notre région, même si mon expérience professionnelle est dans le reportage photo. À mon avis, au cours des dernières décennies, nous assistons à une situation très grave, dans laquelle chacun veut saisir une partie de l'histoire de l'autre. Au lieu de construire une coopération plus étroite et de favoriser la coexistence, l'histoire est utilisée comme l'arme la plus dangereuse pour creuser des écarts plus larges sur les Balkans. Les histoires divulguées ne sont pas correctes et consolidées selon les faits, mais plutôt faites sur mesure, une histoire est servie aux Bulgares, une autre aux Grecs, une troisième aux Macédoniens. Ceci est honteux et devrait être arrêté. Nous devons reconstruire les ponts brisés entre les pays et j'estime que la culture et l'art sont les meilleurs conducteurs pour renforcer les liens entre nos pays voisins. Je vis actuellement à Skopje, en Macédoine du Nord, je suis marié à une femme macédonienne et je travaille dur pour amener beaucoup d'artistes grecs ici, pour travailler en étroite collaboration avec les artistes macédoniens, afin d'aider à surmonter les préjugés et les déséquilibres politiques, car ce jeu politique quotidien avec notre peuple est dégoûtant.

Que signifie le patrimoine pour vous en tant qu'individu et en tant que citoyen de votre pays et du monde?

Alexandros: Le patrimoine culturel est une valeur universelle. Je regarde le patrimoine de chacun de la même manière, peu importe l'origine, le pays, la nation. Tout est à nous; il appartient à toute l'humanité. Une fois, j'ai eu une exposition au musée de la photographie de Thessalonique, et un visiteur américain m'a demandé où étaient mes photos. J'ai répondu qu'ils venaient de différentes parties du monde. Il a dit que je devais trier les photos en fonction de l'état, de la nation et du territoire géographique pour une meilleure compréhension. J'ai négligé le critique venant de lui, car pour moi, tout le monde dans ce monde est le même, peu importe d'où ils viennent, ou quelle est leur origine. Je ressens la même chose que je sois en Grèce, en Macédoine du Nord, en Bulgarie, au Kosovo, en Serbie, en Bosnie, partout où j'ai des amis très proches, je ressens la même chose.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Alexandros: Les politiciens utilisent l'histoire, la culture et le patrimoine culturel pour leurs besoins politiques quotidiens. Dans le passé, il n'y avait pas de frontières, nous étions tous pareils. Mon père vient de Kallikrateia, en Chalcidique, donc selon certaines parties de l'histoire, je suis macédonien. Dans le passé, les parents de mon père venaient d'Izmir, en Turquie, il n'y avait donc pas de frontières claires à l'époque. Après cela, les frontières ont été faites et tout le monde est devenu fou, saisissant et essayant de prendre possession du passé, de l'histoire, du patrimoine. J'insisterai sur mon opinion que seule la culture permet d'avancer. Quand j'ai vu à quel point les artistes grecs et macédoniens s'entendaient (sur une résidence que j'ai organisée), c'était le plus grand plaisir. Rien qu'avec le pouvoir des artistes et la culture, nous pouvons montrer nos dents aux politiciens et célébrer l'humanité. Après la signature de l'Accord de Prespa, j'ai vécu une situation très intéressante, dans laquelle beaucoup de mes amis, les Grecs, m'ont appelé et m'ont dit qu'ils n'étaient pas d'accord pour que l'ancienne République yougoslave de Macédoine soit renommée Macédoine du Nord, mais devrait l'être nommé simplement Macédoine. Cela signifie qu'il y a encore de l'espoir de pouvoir reconnecter les ponts cassés.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Macédoine du Nord et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Alexandros: Oui, j'ai une excellente collaboration avec des collègues macédoniens et je n'avais jamais eu de mauvaise expérience jusqu'à présent. Ici, je me sens comme à la maison. J'habitais dans le centre d'Athènes, ici je vis dans le centre de Skopje, et je me sens comme un «Skopjanin». Si quelque chose de grave se passe avec ou dans la ville, cela me fait mal parce que je sens que c'est ma ville natale.

"Je regarde le patrimoine de chacun de la même manière, peu importe l'origine, le pays, la nation. Il appartient à l'humanité."

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Alexandros: Oui! J'ai pris de nombreuses photos et enregistré des documentaires pour des musées à travers les Balkans, en Croatie, en Serbie, en Macédoine du Nord, en Albanie, mais à la National Gallery de Sofia, en Bulgarie, j'ai vécu l'une des expériences les plus impressionnantes. Nous avons rencontré et discuté avec leur directeur, et j'ai vu une grande réaction positive dans sa communication, il était un partisan de l'idée que nous sommes tous les mêmes, principalement des humains du monde. Il se moquait de savoir si je parlais macédonien ou grec, son intérêt principal était de voir ce que nous pouvions montrer au public. Donc, en conséquence, nous avons organisé une grande exposition dans leur galerie.

Certes, nous vivons à une époque de mensonges, servis par les politiciens, mais l'art et les artistes font et peuvent changer la direction du vent et de l'atmosphère. Je suis un photo-reporter qui s'occupe de politique depuis 35 ans, mais maintenant j'en ai assez de la politique.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, photographie, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Alexandros: La photographie est un artefact, elle aide donc beaucoup à confirmer le patrimoine culturel ou les problèmes liés à l'histoire partagée ou contestée. Je suis très souvent ravi par les yeux humains, la manière dont ils interprètent les images, surtout quand ce sont les yeux des enfants. Une fois, j'ai photographié un enfant réfugié du Kosovo, j'ai photographié ses yeux émus. 15 ans plus tard, lors d'une exposition à Skopje, un jeune d'environ 20 ans s'est approché de moi et m'a demandé si je le reconnaissais. J'ai répondu par la négative. Puis il s'est présenté comme cet enfant réfugié sur la photo, et a dit que j'étais une source d'inspiration pour lui et qu'il allait être photographe. Il a appris à parler français, anglais, macédonien et albanais. Donc, c'est une histoire heureuse. Il y a beaucoup d'exemples de ce genre, bons et mauvais. Ainsi, à l'aide de la documentation photo ou vidéo, il y a des faits qui ne peuvent être négligés.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Alexandros: Je suis d'accord, une approche à plusieurs niveaux est l'une des clés pour résoudre les problèmes liés au patrimoine et à l'histoire partagés ou contestés. Les changements dans l'histoire sont influencés par les politiciens, de sorte que la meilleure façon d'aborder les problèmes est de discuter avec les populations locales de petites communautés. J'ai enregistré et interviewé de nombreux villageois et personnes âgées de petites communautés dans de nombreux pays voisins des Balkans, la chose la plus intéressante est qu'ils partagent tous la même histoire, qui est différente de celle qui a changé et changé, offerte par les États à travers le établissements d'enseignement, dans le cadre des agendas politiques.

Une autre façon de remettre en cause le récit national, concernant le patrimoine partagé ou contesté, serait de passer du particulier à l'universel. Cornelius Holtorf écrit: «(…) le nouveau patrimoine culturel peut transcender le particularisme culturel en promouvant des valeurs et des vertus issues de l'humanisme et un engagement pour la solidarité mondiale.» Que penses-tu de cela?

Alexandros: Je suis tout à fait d'accord avec Cornelius Holtorf. Nous devons surmonter les mauvaises expériences de nos pères et grands-pères, laisser le passé être le passé (il y a des historiens qui peuvent s'asseoir, sans émotion et discuter des moments spécifiques et problématiques découlant de l'utilisation de différents faits) et nous, avec la grande aide de la culture, continuerons à être les créateurs actifs de la nouvelle ère de l'humanisme et de la solidarité mondiale. Je ne dis pas que nous devrions oublier notre passé et négliger notre histoire, mais que cela ne devrait pas être l'obstacle pour être de bons voisins et collaborateurs, un piège dans lequel nous retombons encore et encore pour le bien du quotidien politique.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Alexandros: Oui, comme je l'ai déjà dit, le passé doit rester dans le passé, sans influencer notre vie contemporaine, et ce n'est qu'avec l'aide de la culture que nous pouvons réconcilier, renforcer et renforcer les relations et les communications.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.


Le patrimoine culturel appartient à l'humanité

Entretien avec le professeur Elizabeta Dimitrova, historienne de l'art spécialisée dans l'Empire byzantin, interviewée par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice.

Elizabeta Dimitrova, Titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en histoire de l'art de l'Université de Belgrade, est professeur à la faculté de philosophie de Skopje, République de Macédoine du Nord (Université de Ss Cyril et Méthode). Dans le cadre de son travail scientifique, elle s'est consacrée à l'étude de l'art, de la culture et des caractéristiques socioculturelles des époques paléochrétienne et byzantine. Dans ce contexte, elle a interprété et a été la première à publier le programme, les caractéristiques iconographiques et artistiques des icônes en céramique du site Vinicko Kale. Par la suite, Vinicko Kale est devenu dans les années 90 l'une des principales attractions archéologiques des Balkans. Mme Dimitrova a identifié le concept programmatique et iconographique des fresques de la basilique épiscopale de Stobi sur la base des parties conservées de manière fragmentaire de la décoration du 4ème siècle. Beaucoup de ses travaux savants sont consacrés à l'analyse et à la contextualisation des significations symboliques de l'iconographie des mosaïques paléochrétiennes de Stobi, Heraclea Lyncestis et la ville antique de Lychnidos. Dans le domaine de la culture artistique byzantine, elle a rédigé une monographie consacrée à l'Église «Assomption de la Très Sainte Mère de Dieu». Mme Dimitrova est une chercheuse très connue dans le monde et un commissaire de nombreuses activités liées à la protection du patrimoine culturel.

Quel est l'impact du patrimoine culturel sur la résolution des problèmes liés au patrimoine partagé ou contesté?

Elizabeta: L'impact du patrimoine est l'un des aspects les plus influents dans ce contexte, si l'on doit avoir des doutes sur sa valeur, sa capacité, ses opportunités de gestion, ses options de protection, etc. En revanche, si l'on veut traiter le patrimoine comme un bien, il faut sachez que le patrimoine n'a pas de prix, il ne peut donc être traité comme une propriété d'aucune sorte. Le patrimoine culturel appartient à l'ensemble de l'humanité; il arrive qu'un certain pays s'occupe du patrimoine situé sur le territoire géographique de ce pays.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Grèce et de Bulgarie et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Elizabeta: J'ai une coopération avec des collègues bulgares (projet en cours pour la numérisation du patrimoine culturel avec des professeurs de Sofia) et une coopération permanente dans le processus d'examen des articles d'archéologie et d'histoire avec des professeurs d'Athènes. À cet égard, je n’ai jamais eu jusqu’à présent de problèmes, difficultés ou questions en suspens impliquant des dilemmes historiques ou tout autre type de malentendu (y compris l’origine du patrimoine ou sa gestion institutionnelle / non institutionnelle, sa protection, etc.).

"Le patrimoine culturel doit être traité comme une réalisation précieuse de la créativité des gens d'une certaine époque"

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Elizabeta: Lorsque nous parlons de patrimoine, nous abordons la portée qualitative des œuvres d'art, des artefacts, des monuments et des sites provenant de différentes époques et de diverses actions de la civilisation humaine. Le patrimoine culturel doit être traité comme une réalisation précieuse de la créativité des gens d'une certaine époque, et non comme un moyen de créer des opinions politiques ou des manifestations. C'est un témoignage du potentiel créatif d'une certaine époque et de son ampleur historique, économique, sociale et culturelle; par conséquent, il doit être interprété de cette manière - comme le reflet positif d'un élan historique qui a disparu pour toujours, laissant une trace précieuse dans un certain milieu / sphère artistique ou culturel.

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Elizabeta: Il faut être méthodologiquement correct, chronologiquement précis et historiquement exact pour pouvoir être un véritable porte-parole du côté «brillant» du patrimoine culturel, car le «plaidoyer» peut également avoir un côté négatif. Le patrimoine culturel nous a été laissé pour une raison plus agréable que pour être utilisé comme une arme politique / sociale / nationale. Dès que l'on se rend compte qu'il est laissé à l'admiration (œuvres d'art) à la recherche proprement dite (artefacts) et à la présentation touristique (monuments), le détournement du patrimoine culturel cesse d'être intéressant ou valable.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Elizabeta: Bien sûr, on pense d'abord à l'église de la Sainte Vierge du village de Matejche, au nord de la Macédoine du Nord. Il a été commandé à l'âge d'or de l'État médiéval serbe, sous le règne de l'empereur Stefan Dushan comme mausolée de l'ancienne princesse bulgare Elena dans la région de l'actuelle Macédoine du Nord. Il appartient à l'héritage historique de trois États modernes; pourtant, personne ne s'en occupe et l'église est presque en décomposition. Au lieu de débattre à qui appartient ce patrimoine (je me souviens de quelques discussions sur le sujet), quelqu'un devrait se demander s'il pourrait faire quelque chose pour que ce patrimoine survienne afin d'être classé historiquement ou autrement; si l'église est partie, il n'y aura plus d'héritage à discuter.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Elizabeta: Avec des initiatives mutuelles (transfrontalières et / ou internationales) pour sa protection et sa présentation scientifiquement vérifiée (historique, chronologique, thématique, artistique etc.). Dans mon domaine d'expertise, c'est très simple - c'est le patrimoine culturel byzantin, c'est-à-dire appartient à la production culturelle et artistique médiévale, manifestant certaines caractéristiques architecturales, iconographiques et artistiques, dont la qualité est la principale caractéristique reconnue par son caractère visuel.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Elizabeta: Comme je l'ai déjà dit, le patrimoine culturel n'est pas un instrument de dialogue national ou politique. Il représente le reflet de la façon dont le peuple était cultivé dans le passé (défini par une certaine chronologie). En outre, cela reflète à quel point nous sommes cultivés dans nos efforts pour prendre soin de l'héritage et le préserver pour la postérité. Le patrimoine culturel présente les principales spécificités suivantes: il provient d'un certain moment historique (chronologie), il est façonné sous une certaine forme visuelle (typologie), il a certaines qualités reconnaissables (classification) et il a certains besoins existentiels (protégés ou non protégés) . Dans le 21st siècle, nous devons nous concentrer sur la dernière spécificité, car elle demande le plus grand effort. Chacun peut dire ce qu'il veut du patrimoine si on le voit, sinon nous partagerons tous le silence d'une possible destruction.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Elizabeta: Non, car, au moins, dans les Balkans, le passé est devenu le principal argument pour façonner l'avenir. Ce qui est plus dramatique, c'est que le passé s'est avéré si changeant pour les habitants des Balkans que nous ne croyons plus en ce que nos ancêtres nous ont appris. Dans de telles circonstances, l'avenir devient si incertain que nous sommes à la recherche d'un passé reconstitué de manière opportuniste, défendu par le rôle imposé au patrimoine culturel. Par conséquent, nous devons donner à l'héritage une nouvelle fonction, plus productive et hautement positive, et le sauver des abus et de l'exploitation actuels.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Elizabeta: C’est pourquoi nous avons besoin de porte-parole fiables. Les compétences rhétoriques ont été très appréciées depuis l'Antiquité en raison de leur effet sur des personnes de tous horizons. Le domaine des mots peut avoir de nombreux effets (positifs ou négatifs) et c'est pourquoi les mots doivent être choisis avec soin, entonnés de bonne volonté et passés par des canaux «sûrs» d'approche professionnelle et de normes éthiques. Le patrimoine culturel, dans sa définition la plus élémentaire, signifie création et, en tant que tel, mérite des approches créatives, un traitement et une appréciation.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.

Entretien avec le professeur Elizabeta Dimitrova, historienne de l'art spécialisée dans l'Empire byzantin, interviewée par Ana Frangovska, historienne de l'art et conservatrice.

Elizabeta Dimitrova, Titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en histoire de l'art de l'Université de Belgrade, est professeur à la faculté de philosophie de Skopje, République de Macédoine du Nord (Université de Ss Cyril et Méthode). Dans le cadre de son travail scientifique, elle s'est consacrée à l'étude de l'art, de la culture et des caractéristiques socioculturelles des époques paléochrétienne et byzantine. Dans ce contexte, elle a interprété et a été la première à publier le programme, les caractéristiques iconographiques et artistiques des icônes en céramique du site Vinicko Kale. Par la suite, Vinicko Kale est devenu dans les années 90 l'une des principales attractions archéologiques des Balkans. Mme Dimitrova a identifié le concept programmatique et iconographique des fresques de la basilique épiscopale de Stobi sur la base des parties conservées de manière fragmentaire de la décoration du 4ème siècle. Beaucoup de ses travaux savants sont consacrés à l'analyse et à la contextualisation des significations symboliques de l'iconographie des mosaïques paléochrétiennes de Stobi, Heraclea Lyncestis et la ville antique de Lychnidos. Dans le domaine de la culture artistique byzantine, elle a rédigé une monographie consacrée à l'Église «Assomption de la Très Sainte Mère de Dieu». Mme Dimitrova est une chercheuse très connue dans le monde et un commissaire de nombreuses activités liées à la protection du patrimoine culturel.

Quel est l'impact du patrimoine culturel sur la résolution des problèmes liés au patrimoine partagé ou contesté?

Elizabeta: L'impact du patrimoine est l'un des aspects les plus influents dans ce contexte, si l'on doit avoir des doutes sur sa valeur, sa capacité, ses opportunités de gestion, ses options de protection, etc. En revanche, si l'on veut traiter le patrimoine comme un bien, il faut sachez que le patrimoine n'a pas de prix, il ne peut donc être traité comme une propriété d'aucune sorte. Le patrimoine culturel appartient à l'ensemble de l'humanité; il arrive qu'un certain pays s'occupe du patrimoine situé sur le territoire géographique de ce pays.

Vous engagez-vous dans une coopération transfrontalière avec des professionnels de Grèce et de Bulgarie et rencontrez-vous des difficultés dans sa réalisation?

Elizabeta: J'ai une coopération avec des collègues bulgares (projet en cours pour la numérisation du patrimoine culturel avec des professeurs de Sofia) et une coopération permanente dans le processus d'examen des articles d'archéologie et d'histoire avec des professeurs d'Athènes. À cet égard, je n’ai jamais eu jusqu’à présent de problèmes, difficultés ou questions en suspens impliquant des dilemmes historiques ou tout autre type de malentendu (y compris l’origine du patrimoine ou sa gestion institutionnelle / non institutionnelle, sa protection, etc.).

"Le patrimoine culturel doit être traité comme une réalisation précieuse de la créativité des gens d'une certaine époque"

Nous avons un héritage qui peut évoquer des points de vue et des émotions différents - parfois difficiles ou contradictoires -, selon l'approche et le point de vue. Le défi de faire face à une telle divergence réside dans la tentative de transmettre simultanément ces différents points de vue et voix lors de la présentation de ce patrimoine au public. Êtes-vous d'accord et pensez-vous qu'il s'agit d'une tâche essentielle lorsque l'on traite du patrimoine et des histoires qui parlent à différentes personnes de différentes manières?

Elizabeta: Lorsque nous parlons de patrimoine, nous abordons la portée qualitative des œuvres d'art, des artefacts, des monuments et des sites provenant de différentes époques et de diverses actions de la civilisation humaine. Le patrimoine culturel doit être traité comme une réalisation précieuse de la créativité des gens d'une certaine époque, et non comme un moyen de créer des opinions politiques ou des manifestations. C'est un témoignage du potentiel créatif d'une certaine époque et de son ampleur historique, économique, sociale et culturelle; par conséquent, il doit être interprété de cette manière - comme le reflet positif d'un élan historique qui a disparu pour toujours, laissant une trace précieuse dans un certain milieu / sphère artistique ou culturel.

Pensez-vous qu'être plus polyvocal, engageant, diversifié, (auto-) réfléchi et participatif peut résoudre certains des obstacles sur la manière de présenter le patrimoine culturel (partagé ou contesté)?

Elizabeta: Il faut être méthodologiquement correct, chronologiquement précis et historiquement exact pour pouvoir être un véritable porte-parole du côté «brillant» du patrimoine culturel, car le «plaidoyer» peut également avoir un côté négatif. Le patrimoine culturel nous a été laissé pour une raison plus agréable que pour être utilisé comme une arme politique / sociale / nationale. Dès que l'on se rend compte qu'il est laissé à l'admiration (œuvres d'art) à la recherche proprement dite (artefacts) et à la présentation touristique (monuments), le détournement du patrimoine culturel cesse d'être intéressant ou valable.

Pouvez-vous penser à un exemple d'étude de cas de patrimoine partagé ou contesté lié à votre domaine d'intérêt particulier (ethno-musique, histoire, archéologie, art contemporain, histoire de l'art, etc.) et comment aborderiez-vous sa présentation?

Elizabeta: Bien sûr, on pense d'abord à l'église de la Sainte Vierge du village de Matejche, au nord de la Macédoine du Nord. Il a été commandé à l'âge d'or de l'État médiéval serbe, sous le règne de l'empereur Stefan Dushan comme mausolée de l'ancienne princesse bulgare Elena dans la région de l'actuelle Macédoine du Nord. Il appartient à l'héritage historique de trois États modernes; pourtant, personne ne s'en occupe et l'église est presque en décomposition. Au lieu de débattre à qui appartient ce patrimoine (je me souviens de quelques discussions sur le sujet), quelqu'un devrait se demander s'il pourrait faire quelque chose pour que ce patrimoine survienne afin d'être classé historiquement ou autrement; si l'église est partie, il n'y aura plus d'héritage à discuter.

Comment nous choisissons de nous souvenir du passé et comment nous choisissons d'aller de l'avant sont les questions cruciales d'aujourd'hui. Que signifie le patrimoine culturel dans différents contextes nationaux et régionaux? Qui peut le revendiquer comme le leur et qui décide de la manière dont il est conservé, exposé ou restauré? Comment partager le patrimoine culturel?

Elizabeta: Avec des initiatives mutuelles (transfrontalières et / ou internationales) pour sa protection et sa présentation scientifiquement vérifiée (historique, chronologique, thématique, artistique etc.). Dans mon domaine d'expertise, c'est très simple - c'est le patrimoine culturel byzantin, c'est-à-dire appartient à la production culturelle et artistique médiévale, manifestant certaines caractéristiques architecturales, iconographiques et artistiques, dont la qualité est la principale caractéristique reconnue par son caractère visuel.

«Ce que signifie les récits nationaux, c'est qu'ils n'incluent pas de couches; ils sont unilatéraux, souvent chronologiques et ont le sens d'une vérité historique fixe, statique, à leur sujet », a déclaré Anderson en 1991. Êtes-vous d'accord avec cette citation et pourquoi?

Elizabeta: Comme je l'ai déjà dit, le patrimoine culturel n'est pas un instrument de dialogue national ou politique. Il représente le reflet de la façon dont le peuple était cultivé dans le passé (défini par une certaine chronologie). En outre, cela reflète à quel point nous sommes cultivés dans nos efforts pour prendre soin de l'héritage et le préserver pour la postérité. Le patrimoine culturel présente les principales spécificités suivantes: il provient d'un certain moment historique (chronologie), il est façonné sous une certaine forme visuelle (typologie), il a certaines qualités reconnaissables (classification) et il a certains besoins existentiels (protégés ou non protégés) . Dans le 21st siècle, nous devons nous concentrer sur la dernière spécificité, car elle demande le plus grand effort. Chacun peut dire ce qu'il veut du patrimoine si on le voit, sinon nous partagerons tous le silence d'une possible destruction.

Lorsque nous discutons du patrimoine partagé ou contesté, la question du temps est essentielle et, dans les cas extrêmes de troubles récents, la meilleure méthode de réconciliation pourrait ne pas être d’aborder le passé comme individuellement relatable; mais plutôt que le passé devrait, espérons-le, rester dans le passé. Pensez-vous que cela puisse être mis en œuvre dans notre contexte?

Elizabeta: Non, car, au moins, dans les Balkans, le passé est devenu le principal argument pour façonner l'avenir. Ce qui est plus dramatique, c'est que le passé s'est avéré si changeant pour les habitants des Balkans que nous ne croyons plus en ce que nos ancêtres nous ont appris. Dans de telles circonstances, l'avenir devient si incertain que nous sommes à la recherche d'un passé reconstitué de manière opportuniste, défendu par le rôle imposé au patrimoine culturel. Par conséquent, nous devons donner à l'héritage une nouvelle fonction, plus productive et hautement positive, et le sauver des abus et de l'exploitation actuels.

Pensez-vous que le domaine des mots peut influencer la façon dont le public lit les histoires liées au patrimoine (partagées ou contestées)?

Elizabeta: C’est pourquoi nous avons besoin de porte-parole fiables. Les compétences rhétoriques ont été très appréciées depuis l'Antiquité en raison de leur effet sur des personnes de tous horizons. Le domaine des mots peut avoir de nombreux effets (positifs ou négatifs) et c'est pourquoi les mots doivent être choisis avec soin, entonnés de bonne volonté et passés par des canaux «sûrs» d'approche professionnelle et de normes éthiques. Le patrimoine culturel, dans sa définition la plus élémentaire, signifie création et, en tant que tel, mérite des approches créatives, un traitement et une appréciation.

***

L'entretien est mené dans le cadre du projet »Patrimoine partagé ou contesté», Mis en œuvre par ALDA Skopje et Forum ZFD. L'objectif du projet est d'améliorer la coopération transfrontalière entre la Macédoine du Nord, la Grèce et la Bulgarie. Le projet sensibilise les praticiens du patrimoine et les travailleurs culturels au rôle des histoires contestées et du patrimoine culturel partagé dans les processus d'intégration de l'UE. Le contenu de l'entretien relève de la seule responsabilité de la personne interrogée et ne reflète pas toujours les points de vue et les attitudes d'ALDA et de Forum ZFD.